Formule 1

Un point sur le marché des transferts F1 pour 2022 - 2ème partie

Est-ce que cela va bouger du côté des clients de Ferrari ?

Recherche

Par Olivier Ferret

10 juillet 2021 - 15:41
Un point sur le marché des transferts F1

Après la première partie consacrée aux équipes Mercedes et ses clientes (à lire ici), intéressons-nous à la galaxie Ferrari.

Si la Scuderia est relativement tranquille, ce n’est pas le cas d’Alfa Romeo et Haas F1, où elle place une partie de ses jeunes pilotes. Mick Schumacher et Antonio Giovinazzi sont au centre des rumeurs, tout comme Kimi Räikkönen...

Ferrari

Voilà une des rares équipes du plateau qui n’est pas concernée, pour une fois, par les spéculations et rumeurs : la Scuderia dispose d’un duo solide avec Charles Leclerc (signé à long terme) et Carlos Sainz (jusque fin 2022 au moins) et qui donne satisfaction.

Ferrari n’a donc pas à s’occuper de ses pilotes pour le moment, en tout cas pour son équipe principale. Ce qui n’empêche pas Mattia Binotto et ses collaborateurs de devoir s’occuper de l’avenir de Mick Schumacher, Antonio Giovinazzi, Robert Shwartzman, Marcus Armstrong, ou encore Callum Ilott !

Leclerc et Sainz peuvent être sereins pour l’instant, aucun remplacement n’est en vue ! La motivation de Sebastian Vettel et ses performances sont bien un sujet du passé. Place à la F1 de 2022 et au redressement à poursuivre à Maranello.

Alfa Romeo

Quels pilotes y aura-t-il à Hinwil l’an prochain ? Frédéric Vasseur a déjà indiqué vouloir garder « sous pression » ses deux pilotes actuels, Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi, dont le contrat arrive à expiration. Grand chamboulement ou prolongation des deux pilotes ? Le mystère demeure.

L’état de forme et bien sûr l’âge de Kimi Räikkönen interrogent d’abord. Car à 41 ans le Finlandais semble bien moins rapide sur un tour que par le passé, et commet même quelques bourdes en piste (comme l’accrochage avec Sebastian Vettel en fin du Grand Prix d’Autriche). Serait-il déjà trop vieux pour la F1 ? Antonio Giovinazzi progresse lui en qualifications, mais n’a pas encore le « racecraft » du Finlandais ni même montré, après plusieurs années en F1, le potentiel d’un Lando Norris par exemple.

Avec son partenariat avec Ferrari, Alfa Romeo pourrait décider d’aller piocher dans la FDA. Mick Schumacher s’il venait à quitter Haas, serait le premier sur la liste. A ses côtés figure Callum Ilott, vice-champion de Mick l’an dernier, et qui fera plusieurs apparitions au total en EL1 cette année, avec succès pour le moment. Robert Shwartzman et Marcus Armstrong, autres pensionnaires de la FDA, sont plus en retrait en F2 cette année (surtout Armstrong) et donc potentiellement moins bien placés.

Tous ces scénarios dépendent aussi de la poursuite ou nom d’Alfa Romeo aux côtés de Sauber. La marque italienne (maintenant propriété de Stellantis) allonge plusieurs millions pour avoir un Italien au volant et payer le salaire de Kimi Räikkönen...

Sauber dispose de sa propre académie menant à Théo Pourchaire, qui impressionne pour ses débuts en F2. Cependant Frédéric Vasseur a indiqué qu’il serait trop tôt déjà pour le faire signer. Enfin reste la solution externe : peut-être Valtteri Bottas s’il venait à quitter Mercedes sans repasser par Williams par exemple.

Haas F1

Pour la petite équipe américaine du plateau de la F1, les choses semblent assez claires au premier abord : Mick Schumacher et Nikita Mazepin sont là pour apprendre pour 2022. De quoi supposer que ce duo ne changera pas pour l’année prochaine...

C’est sans compter sur plusieurs facteurs. Le premier, c’est le relationnel plus que tendu entre l’Allemand et le Russe, qui ne communiquent presque pas au sein de l’équipe. Schumacher espère certainement être sauvé par Ferrari pour intégrer Alfa Romeo (Sauber ?) l’année prochaine et poursuivre son apprentissage dans une structure un peu plus importante.

Dans le cas contraire, l’Allemand poursuivra aux côtés de Nikita Mazepin, dont le père milliardaire Dmitry commence à prendre de plus en plus de puissance au sein de l’équipe. Le Russe aura même droit à un nouveau châssis en Belgique alors que Haas ne comptait plus investir un seul euro sur cette saison afin de préparer 2022 au mieux.

Ne manquez pas ’Grand Prix’, le Talk F1 par Nextgen-Auto, lundi soir à 20h30 : les transferts seront un des sujets largement abordés !

Ferrari

Alfa Romeo Racing

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less