Formule 1

Pirelli se félicite de l’intensité de la bataille stratégique à Bahreïn

Daniel Ricciardo seul pilote à tenter un seul arrêt

Recherche

Par A. Combralier

1er avril 2019 - 14:02
Pirelli se félicite de l'intensité de (...)

Comme Pirelli l’avait annoncé, les stratégies ont été variées pour ce Grand Prix de Bahreïn, notamment en raison de la « dégradation pneumatique élevée ». Et ceci, bien que tous les pilotes fussent partis en tendres (à l’exception de Robert Kubica, en médiums).

Le podium (Hamilton-Bottas-Leclerc) a adopté une stratégie à deux arrêts, à ceci près que Lewis Hamilton n’a chaussé les tendres que pour son dernier relais. La bataille était très « stratégique et intense » entre Ferrari et Mercedes. Mercedes a tenté l’undercut à chaque relais, avec succès pour Lewis Hamilton dans le deuxième relais.

Sebastian Vettel a été le seul pilote à effectuer trois arrêts : la faute à ses gommes allumées et à un aileron cassé après son tête-à-queue.

Daniel Ricciardo a été le seul à tenter une stratégie à un arrêt (Kevin Magnussen s’est ravisé en cours d’épreuve). Sans son abandon, l’Australien serait allé au bout de sa stratégie.

Le pilote Renault a justement réussi à faire durer le plus longtemps les pneus tendres – pendant presque la moitié de la course. Valtteri Bottas a été le seul représentant du podium à chausser les tendres pour le dernier relais.

Les médiums ont été un « élément-clef » dans la performance de Charles Leclerc, relève Pirelli. Le Monégasque a fait ses deux derniers relais en C2, comme Max Verstappen. Lewis Hamilton n’aura utilisé le médium que durant un seul relais, son dernier.

Enfin, les durs n’ont été chaussés que par un seul pilote, Carlos Sainz, rentré prématurément aux stands. Mais puisque tout le monde ou presque avait adopté un seul arrêt, cette stratégie a été rendue inefficace. D’autant plus que le pilote McLaren souffrait d’un problème de boîte de vitesses …

« Comme Lewis Hamilton l’a dit, Charles Leclerc méritait de gagner et ses problèmes ont fait partie intégrante d’un Grand Prix spectaculaire et imprévisible » note Mario Isola.

« Ferrari comme Mercedes ont planifié leurs arrêts aux stands pour tenter des undercuts mutuels, mais l’avantage en performance de Charles Leclerc lui a permis de faire son second arrêt sans perdre la tête de la course. »

« Il y a eu une vaste variété de stratégies employées. En fait, seules deux équipes ont adopté la même stratégie pour leurs deux pilotes. »

« Nous avons vu aussi des performances remarquables de pilotes comme Lando Norris, qui a marqué ses premiers points pour McLaren. »

Pirelli

expand_less