Formule 1

Mercedes : La convergence de performance des moteurs serait une insulte !

Et même une humiliation pour un motoriste !

Recherche

Par Olivier Ferret

29 novembre 2020 - 08:01
Mercedes : La convergence de performance

Ferrari et Renault seraient prêts à discuter d’un gel des moteurs à partir de 2022, afin d’aider Red Bull à poursuivre avec des moteurs Honda, tout comme Mercedes. Mais cette dernière équipe a taclé la proposition faite par les autres motoristes d’imaginer un système qui permettrait une convergence de performance des moteurs au cas où l’un ou l’uatre motoriste serait trop à la traine après l’application du gel.

Toto Wolff y est totalement opposé, parlant même "d’insulte" à la F1 voire "d’humiliation" pour un motoriste qui devrait y avoir recours.

"Je ne vois aucune différence entre de la convergence de performance ou de la balance de performance. Ce serait le début de la fin pour la F1," ajoute le directeur de Mercedes F1.

"Une unité de puissance a de la valeur par sa puissance pure mais aussi par sa souplesse, son poids, son refroidissement. Mettre en place une formule de calcul est impossible et Mercedes s’y opposera."

"Rappelez-vous, il y a quelques années, nous avions un système de jetons quand les règles hybrides sont arrivées. Et parce que certains ont voulu que les jetons soient abandonnés afin de pouvoir nous rattraper, nous avons dit ’oui’. Parce que c’est ça la F1."

"Maintenant certains d’entre eux voudraient un système de convergence. C’est, honnêtement, un peu une insulte pour la F1 quand vous considérez les dernières années de développement libre qu’il y a eu."

"Ferrari avait le moteur le plus puissant en 2018 et de loin le meilleur en 2019. Nous avons retroussé nos manches pour 2020 pour revenir dans le match. C’est pourquoi je ne comprends pas un constructeur qui ne croit pas en ses capacités pour développer un moteur ou un châssis et qui aurait besoin d’un mécanisme pour équilibrer les performances des moteurs. Je ne pense pas que quelqu’un accepterait une telle humiliation en public."

Wolff utilise volontairement des mots forts pour faire entendre son point de vue.

"J’ai vécu ça en DTM. Avec le poids des voitures. Et au bout de quelques courses, on n’entendait plus que des plaintes. ’J’aurais été en pole avec ces 5 kilos en moins’... Des trucs comme ça. Et pendant toute la saison. Alors la F1 doit rester très, très, très loin de ça. Sinon on en arriverait à des choses comme en GT où on en arrive à concevoir des moteurs juste pour pouvoir manipuler le système."

Wolff répète que Mercedes était prête à accepter l’introduction d’un gel du moteur en 2022 et à abandonner son intention d’introduire un nouveau carburant E10 pour réduire les exigences en matière de développement de moteurs, mais répète tout autant qu’il ne soutiendrait aucun mécanisme de convergence.

"Nous n’aurons pas d’équilibre des performances car, comme je l’ai déjà dit, ce n’est dans l’intérêt d’aucun constructeur automobile, ni de la Formule 1, ni des pilotes. C’est une méritocratie et cela doit toujours être une méritocratie."

Le directeur de Mercedes F1 n’est toutefois pas seul à s’opposer à un tel mécanisme. C’est aussi le cas de Renault F1 selon Marcin Budkowski, le directeur exécutif.

"Si vous commencez à équilibrer les performances, vous comptez sur la FIA pour mesurer la puissance d’un moteur, non seulement sur la puissance, ce qui n’est pas facile à mesurer, mais aussi sur les performances attendues d’un moteur sur la voiture."

"Je pense que c’est très, très difficile. Et, honnêtement, voulons-nous discuter tous les dimanches après la course pour savoir si la FIA a fait le bon rééquilibrage des performances entre les moteurs ? Plutôt que de parler de qui a fait du bon travail et de qui a fait du mauvais travail ?"

"Oui, il y a un risque, si vous gelez les moteurs pendant un certain temps, vous pourriez être un peu en arrière ou un peu en avant. Mais nous avons gelé les châssis et les boîtes de vitesses pour l’année prochaine. C’est difficile comme décision mais c’est pourtant celle que nous avons tous pris."

"Corriger les disparités entre les moteurs, ce serait vraiment arriver à un mécanisme d’équilibre des performances. On n’aime pas vraiment ça. Nous ne pensons pas que ce soit la bonne chose pour le sport."

Mercedes

Alpine F1 Team

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less