Formule 1

Accords Concorde : Wolff dénonce les équipes qui ‘lèchent le cul’ de Liberty Media

Et tiennent un double discours

Recherche

Par Alexandre C.

8 août 2020 - 07:34
Accords Concorde : Wolff dénonce les (...)

Mercedes a haussé le ton hier dans le paddock de Silverstone au sujet de la négociation des prochains Accords Concorde : Toto Wolff a simplement indiqué qu’en l’état, Mercedes perdrait trop d’argent et refuserait de les ratifier. Dès lors, l’avenir de l’équipe allemande s’écrit pour le moment en pointillés, la deadline étant le 12 août prochain.

Or Mercedes apparaît isolée dans cette position, puisque même Ferrari et Red Bull, malgré la redistribution des revenus actée, ont dit publiquement être pour la signature des Accords Concorde.

Cependant en privé, plusieurs équipes tiendraient un double discours selon le patron de Mercedes… et c’est cette attitude que Toto Wolff a dénoncée, de manière véhémente.

« La plupart des équipes, si ce n’est 90 %, sont d’avis qu’il faut faire le ménage, qu’il y a des clauses essentielles à discuter autour de la gouvernance et de certains aspects commerciaux mais nous ne sommes pas vraiment en mesure de nous engager. »

« Certains de ces gars, lorsqu’ils passent devant la caméra, lèchent le cul du détenteur des droits commerciaux [sic]. Puis quand nous les avons en réunion, ils sont très excités et ils sont les plus bruyants. »

« Donc je suppose qu’il s’agit d’agir collectivement et d’exprimer son opinion. Nous aimons ce sport. Nous avons des objectifs fondamentaux que nous partageons avec Liberty et avec la FIA. Nous voulons tous rester dans ce sport pour le meilleur et nous sommes sur le point d’en discuter. »

L’expression est osée, le fond n’en demeure pas moins le même : sans citer d’équipe (mais on se doute que Ferrari n’est pas loin), Toto Wolff met ainsi plus que jamais la pression sur la FOM.

En conflit avec la FOM, Toto Wolff doit aussi avoir maille à partir avec la FIA qui a condamné Racing Point dans l’affaire des conduits de frein copiés de la Mercedes, mais en disculpant justement l’équipe allemande.

Le patron de Mercedes est venu aussi à la rescousse de son équipe cliente... Et de pointer du doigt la collaboration entre Ferrari et Haas précédemment.

« Ils n’ont enfreint aucun règlement technique, à mon avis. En 2019, ces pièces n’étaient pas listées et le sont devenues l’année suivante. »

« Il n’y avait pas de règlement ou de directive technique qui disait que vous n’étiez pas autorisé à utiliser les pièces de 2019 que vous avez obtenues et que vous avez ensuite redessinées vous-même, à quelque point que ce soit, en 2020. Ce n’est tout simplement pas ce que dit la directive. C’est donc exactement ce que Racing Point a fait. »

« Ce qui est intéressant, c’est que toutes les autres équipes semblent penser que Racing Point n’a pas conçu ces pièces, ce qui est faux, il y a un millier de dessins. Racing Point a refait toute l’ingénierie des pièces. On en arrive au point où c’est une réinterprétation d’un règlement qui n’existe pas. »

« Nous avons eu un cas en 2015 avec Haas où Haas avait la voiture complète de Ferrari. Il n’y avait pas une seule pièce conçue par Haas, tout était fait à partir de Ferrari, et ils ont utilisé une faille parce qu’ils n’étaient pas un compétiteur. Et ils ont mis sur la piste une voiture très compétitive parce que c’était une copie de Ferrari. Nous avons donc vu ces failles. »

« Nous l’avons pris au mot à l’époque. Nous voulions une clarification, comme Renault. Mais la clarification est venue, ils n’étaient pas un compétiteur parce qu’ils n’étaient pas encore en F1, donc il fallait les battre. Il faut s’y faire. »

F1 - FOM - Liberty Media

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less