Formule 1

F1 TV, son des moteurs : du mieux en 2019

La FOM travaille d’arrache-pied

Recherche

Par Valentin Vilnius

1er janvier 2019 - 11:29
F1 TV, son des moteurs : du mieux (...)

Le service de streaming « F1 TV » a été lancé pour la saison 2018. A l’image de ce qui se fait en WRC, la FOM dispose désormais de son propre service « OTT » (Over The Top, ou Service de Contournement), qui lui permet de se passer de diffuseurs TV et câbles pour arriver directement au téléspectateur, via Internet.

Si le projet est ambitieux et ne demande qu’à se développer, les débuts ont été quelque peu laborieux. De nombreux bugs ont émaillé le lancement du service.

Chase Carey, PDG de la F1, fait aujourd’hui amende honorable : il qualifie cette première saison de « bêta-testing » et promet à ses utilisateurs du mieux pour 2019.

« Pour moi, il y a trois étapes dans la construction de ce service. D’abord, il y a les plateformes techniques, il faut qu’elles soient fiables. Les clients ne tolèrent pas des bugs. Ensuite, il faut définir l’offre proposée. Les gens achètent le contenu, pas la technologie. Enfin, il faut vendre cette offre, la marketer. Nous ne l’avons pas vraiment fait en 2018, parce que nous y sommes allés étape par étape. »

Dean Locke, Directeur de la Diffusion et des Médias pour la F1, sait que le sport est en compétition avec d’autres disciplines pour attirer de nouveaux publics. Pour ce faire, l’offensive sur le digital est un atout précieux.

« Par le passé, la F1 était limitée sur les réseaux sociaux. Maintenant, il y a vraiment beaucoup de bons contenus. C’est un défi que de les proposer, car les offres de diffusion évoluent, mais j’espère que nous avons pris les devants. »

« L’an dernier, c’était une grande année pour notre développement. Les nouveaux propriétaires, Liberty Media, ont une approche différente : ils veulent fournir plus de divertissement, et ont voulu développer les diffusions. »

« Nous avons une nouvelle charte graphique. Nous nous sommes inspirés des jeux en ligne. Sans donner l’impression de trop guider les téléspectateurs chevronnés, nous voulions nous assurer que les gens pouvaient arriver au milieu d’un Grand Prix et comprendre ce qu’il se passait. »

Liberty Media et Dean Locke ont réussi à utiliser, en caméra embarquée, l’espace du halo, pour afficher plusieurs informations comme le passage des vitesses. De nouveaux angles caméra autour du halo devraient être d’ailleurs proposés en 2019.

« Ce fut une illumination. Cet espace négatif, pourquoi ne pas l’utiliser ? Le graphique sur le halo, c’était quelque chose de vraiment solide. »

Comme Ross Brawn l’avait annoncé il y a quelques semaines, Liberty Media s’est associé avec Amazon Web Services pour proposer, grâce à l’intelligence artificielle, davantage de graphiques en 2019 : la probabilité d’un dépassement, les meilleures stratégies, le classement final probable… ces nouveautés devraient bientôt apparaître à l’écran.

« En intégrant davantage les données de la télémétrie comme l’état des pneus, la météo, Sagemaker [l’IA d’Amazon] peut être utilisée pour prédire la performance de la voiture, les arrêts aux stands et la stratégie » détaille Ross Brawn.

Mais il n’y a pas que l’image qui rentre dans l’équation… Depuis 2014, le son des V6 Turbo est décrié par les fans ’hardcore’. La F1 travaille donc pour améliorer l’expérience sonore.

« La F1 est un environnement difficile » reconnaît Dean Locke. « L’équipe dédiée à la caméra embarquée a conçu quelques micros à positionner autour du moteur, principalement autour de l’échappement, pour obtenir du pur son. Les pièces autour du moteur sont extrêmement chaudes, donc trouver quelque chose qui ne prenne juste pas feu était un défi ! »

« Il s’agit plus d’affiner ce que nous avons fait en 2018. Quand vous regardez 2017 avec le recul, aujourd’hui, le rendu final est assez différent. »

FOM (Liberty Media)

FIA

expand_less