Formule 1

Horner explique ses soupçons et les marques vues sur l’aileron de la Mercedes F1

"Nous avons de nombreuses photos de chacun des récents Grands Prix"

Recherche

Par Olivier Ferret

21 novembre 2021 - 10:19
Horner explique ses soupçons et les (...)

Christian Horner a tenu à expliquer les images distribuées aux médias, et dénoncées par Toto Wolff, concernant les marques de frottement laissées, selon lui, par une aile inférieure de l’aileron arrière lorsque celle-ci se plie et permet donc une vitesse de pointe supérieure.

Pour le directeur de l’équipe Red Bull, "les marques photographiées sur l’aileron arrière de la Mercedes W12 sont une preuve de flexion."

"La zone d’ombre, la zone grise, c’est l’endroit où cette partie inférieure de l’aileron frotte. C’est là où elle descend, où elle se déplace sous la flexion."

Mercedes F1 affirme que cela ne prouve rien, "qu’on ne voit rien sur ces photos" (article à lire ici) mais Horner répond : "nous avons de nombreuses photos de chacun des récents Grands Prix où vous pouvez voir que cela s’est produit, et c’est ce qui a été notre préoccupation."

"Mercedes a dit qu’il n’y avait aucun signe d’inquiétude mais nous pensons que c’est assez clair."

"Ce n’est qu’une partie d’un morceau d’un puzzle. Nous n’allons pas divulguer un document pour porter une réclamation ici, c’est juste pour vous donner un exemple de ce qui se passe et pourquoi nous voyons cette vitesse en ligne droite exponentielle."

"Mais la FIA a maintenant tout cela. Ce sont ses commissaires techniques qui peuvent aller vérifier ces choses, et nous sommes vraiment ravis de voir que l’enquête a démarré ici, après les qualifications."

Lorsqu’on lui a demandé si Red Bull avait des photos de cet aileron arrière flexible au Qatar, pour la course de de week-end, Horner a répondu : "Nous avons des photos de chaque événement. Depuis Budapest."

"Nous le voyons de plus en plus. Mais parce que c’est sous l’aileron arrière, derrière, à partir d’une caméra orientée vers l’arrière, vous ne pouvez pas le voir. Selon nous, dès que ça dépasse 250 km/h, vous pouvez voir que c’est à ce moment-là qu’il commence à bouger."

"Nous voulons juste nous assurer qu’avec autant d’enjeux, les trois prochaines courses se feront absolument sur un pied d’égalité."

Actuellement, la FIA ne considère pas son test comme un nouveau règlement à respecter et ne compte pas exclure quelqu’un d’une course sur cette base, si toutefois Red Bull visait juste. Qu’est-ce qu’une réclamation pourrait apporter alors ? Horner ne répond pas.

"Nous attirons l’attention, et il y a des articles qui disent que les pièces aérodynamiques doivent être fixes et immobiles. Les choses sont claires. Nous savons tous qu’avoir des éléments aéro sans aucune flexion est impossible mais il y a une différence entre ce qui se passe naturellement et ce qu’une équipe tente de faire, en comparaison avec les autres."

Red Bull

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less