De l’eau dans le gaz entre la FIA et la FOM ? Pas du tout selon Ben Sulayem

‘Je parle à Stefano tous les deux jours et sinon, il m’appelle’

Recherche

Par Alexandre C.

25 novembre 2022 - 08:01
De l'eau dans le gaz entre la (...)

Ces derniers mois, il semblait y avoir de l’eau dans le gaz entre la FIA et la FOM… Les sujets de crispation n’ont en effet pas manqué.

Pour des questions de compensation financière particulièrement, la FIA a ainsi paru bloquer pendant de nombreux mois le doublement de nombre de courses sprint l’an prochain, souhaité ardemment par la FOM. 

Comme nous l’évoquions également, la FOM avait également peu accepté l’attitude intransigeante de la FIA sur le port de bijoux, visant Lewis Hamilton ; ou bien encore, la FOM comme les équipes n’avaient pas digéré la publication unilatérale et anticipée du calendrier.

Toutefois, en réalité, entre la FOM et la FIA, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes : ce n’est pas seulement Candide qui le dit, mais aussi Mohammed Ben Sulayem lui-même, qui s’exprimait à plusieurs médias.

Le président de la FIA l’assure, il est « marié » avec Stefano Domenicali et il n’est pas question de faire chambre à part pour le moment.

« Je parle à Stefano tous les deux jours et si je ne le fais pas, il m’appelle. »

« C’est comme ça, avant même toute réunion ou décision - c’est comme un mariage qui va durer. »

« Je suis dans une très bonne relation professionnelle et personnelle avec FOM. »

Sur les courses sprint, et malgré plusieurs fuites venant de la FOM ou des équipes elles-mêmes, là encore, tout le monde s’était trompé selon Mohammed Ben Sulayem. Pourtant la FIA avait assumé de retarder la décision sur le sujet... Ce qui s’explique très simplement aujourd’hui selon Mohammed Ben Sulayem.

« Les gens ont supposé que, lorsque j’ai parlé des trois courses Sprint supplémentaires, il y avait une division entre la FIA et la FOM. »

« C’est là que ça a commencé… on était le 25 avril et il y avait la réunion de la Commission F1, quand soudain ils [la FOM soutenue par les équipes] ont dit : "Ok, nous avons besoin de trois courses sprint supplémentaires.’ »

« [C’est] bien, mais ensuite je dois retourner voir mon équipe à la FIA… car maintenant vous parlez d’une charge [de travail] supplémentaire. Ce qui fait que soudain, tout le monde a dit qu’il y avait une division [entre la FIA et la FOM]. »

« J’ai eu environ six appels téléphoniques disant : "Qu’est-ce qui se passe ?" et "Où est la proposition des courses sprint ?!’. »

« Nous avons approuvé [le doublement des sprints] par un vote [interne à la FIA], nous l’avons étudié, j’y suis retourné et j’ai vérifié avec toute mon équipe… mais les gens ne comprennent pas la pression que le personnel ou les officiels de la FIA [subissent]. »

Entre parenthèses, Mohammed Ben Sulayem avoue donc avoir appris au dernier moment la proposition de la FOM de doublement des courses sprint. Il semble donc que s’appeler tous les deux jours ne suffise pas…

Mais que les craintifs, les affreux sceptiques et les persifleurs se rassurent donc : la lune de miel dure encore entre Stefano Domenicali et Mohammed Ben Sulayem.

« Au sein de la Commission de la F1, nous sommes d’accord et nous faisons pression pour que les choses soient meilleures pour le sport - et ce, tant sur le plan sportif que commercial. »

« Bien sûr, il y a des questions, mais il est certain que la relation n’a jamais été aussi bonne.

« Pourquoi ? Parce que mon intérêt pour le sport est fort. J’écoute [Domenicali], il m’écoute et nous savons tous les deux que ce mariage doit être durable et aller plus loin. »

« Honnêtement, la relation est de mieux en mieux entre nous. »

F1 - FOM - Liberty Media

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos