Formule 1

Mazepin loue son entente avec ses ingénieurs malgré l’accrochage verbal de Monaco

Il ne voulait pas être tenu responsable d’un crash avec Schumacher

Recherche

Par Alexandre C.

27 mai 2021 - 14:48
Mazepin loue son entente avec ses (...)

Contrairement à Mick Schumacher, auteur de deux sorties de piste en EL2 et en EL3 (cette dernière l’ayant empêché de participer aux qualifications), Nikita Mazepin a effectué un week-end très propre à Monaco, faisant démentir la plupart de ses détracteurs.

Le Russe est même apparu relativement en progrès en termes de rythme pur par rapport à son coéquipier, là où il avait l’habitude de prendre une demi-seconde dans la vue au minimum ces derniers Grands Prix. Pour lui, c’est la preuve de son travail analytique réalisé avec son équipe d’ingénieurs (même si les deux Haas ont fini à 3 tours du vainqueur, la Red Bull de Max Verstappen).

« La course est très intense à Monaco. Depuis que j’ai commencé à courir en monoplace, je n’avais pas besoin d’autant de concentration, parce que sur cette piste - même si nous sommes l’une des équipes les plus lentes ou les plus lentes - tout vole tellement vite. A un moment, je suis passé dans le virage 14 et j’ai senti que je touchais le mur et c’est là que Charles [Leclerc] s’est crashé. Donc il n’y avait vraiment aucune marge d’erreur. »

« La voiture était assez difficile à piloter de manière rapide là-bas, mais nous avons fait de bons progrès au sein de mon équipe interne de Haas à partir de Barcelone et je dirais que c’est un tableau très positif. »

« Je suis très chanceux d’avoir pu passer un bon temps d’analyse après Barcelone avec mon équipe, car avec le package que nous avions à Barcelone, je pense que Monaco aurait pu être un désastre, donc nous avons fait les changements nécessaires et c’est beaucoup mieux maintenant. »

En dépit de ces commentaires, il faut rappeler cet épisode très tendu entre Nikita Mazepin et son équipe d’ingénieurs, à la limite de l’insulte, pendant le Grand Prix. L’ingénieur avait demandé à Nikita Mazepin de faire quelques réglages de mode moteur, ce à quoi Nikita Mazepin lui a répondu, vert de rage, qu’il ne pouvait pas le faire parce qu’il " put... de conduisait à Monaco ". Son ingénieur, blasé et interloqué, a insisté, rendant encore plus énervé son pilote.

Cet incident mis à part, les Haas ont fait partie des rares voitures à être impliquées dans des dépassements en piste durant le Grand Prix. Au départ, Mick Schumacher a ainsi doublé son coéquipier à l’épingle... mais en raison d’un problème de pression d’essence, l’Allemand a relaissé passer Nikita Mazepin plus tard dans la course.

Mick Schumacher revient sur ce fait de course, qui aurait pu se terminer en troisième crash du week-end pour lui !

« Oui, c’était proche ! Je n’avais pas l’intention que ce soit aussi serré mais évidemment Nikita a bougé aussi je pense au dernier moment alors que j’étais déjà engagé dans le virage, mais néanmoins tout s’est bien passé et ça a marché. »

« Nous avons malheureusement eu quelques problèmes avec le moteur à la mi-course et cela nous a pris du temps à résoudre. Au moment où nous l’avons résolu, nous sommes retombés dans la hiérarchie, et après cela notre rythme était très bon et très constant même proche des autres. C’était une course difficile, mais nous avons beaucoup de points positifs à Bakou. »

Quant à Nikita Mazepin, étant donné sa réputation, il ne voulait pas risquer de crash, car il savait peut-être qu’il n’aurait pas de présomption d’innocence dans le paddock...

« Ouais, c’était très serré C’était un de ces virages où c’est même trop lent pour la F1, vous devez tirer sur l’embrayage, pour ne pas rentrer dans une voiture devant. »

« Et j’ai senti qu’en se battant pour une 19e place, il y avait un grand risque de laisser les deux voitures pour le reste de la course dans le virage, et je ne voulais tout simplement pas aller au garage et en être responsable. Donc je voulais faire une course équitable. »

« Il n’y a pas de confusion, j’ai été très juste dans le premier tour. Il a été très juste par la suite. Et je pense que nous avons une bonne relation dans l’équipe, et nous devrions continuer ainsi. »

Nikita Mazepin voit ainsi dans ce week-end de Monaco un possible tournant pour sa saison, après des débuts très difficiles.

Maintenant arrive le Grand Prix d’Azerbaïdjan... l’occasion de confirmer ?

« Évidemment, nous devons trouver beaucoup de choses en tant qu’équipe. Je n’ai jamais eu autant de drapeaux bleus dans ma vie. Et c’est assez triste. Mais je pense que nous allons y arriver. »

« Nous avons un circuit avec beaucoup d’appui aérodynamique à Monaco, et beaucoup moins à Bakou. Je pense que nous pouvons avoir une chance là-bas, parce que le moteur est meilleur cette année. Et nous n’avons pas beaucoup d’appui, et vous n’en avez pas vraiment besoin sur ce genre de piste. Ce sera ma deuxième participation, comme à Monaco, et je suis impatient d’y être. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less