Malgré les inconnues, Pirelli opte pour les mêmes pneus qu’en 2019 au Canada

Une stratégie à un arrêt attendue par défaut

Recherche

Par Alexandre C.

14 juin 2022 - 14:39
Malgré les inconnues, Pirelli opte (...)

La F1 voyage de Bakou à Montréal en seulement une semaine, et c’est donc un défi logistique que relève Pirelli, comme toutes les équipes de F1, en ce milieu du mois de juin.

A ce défi se rajoute une inconnue : comment les Pirelli vont-ils se comporter sur le tracé du Canada, trois ans après la dernière édition ?

Pour ce Grand Prix, Pirelli a choisi d’emmener sa sélection la plus tendre, du C3 au C5, soit la même qu’en 2019. La même aussi que lors des deux derniers Grands Prix à Monaco et Bakou.

Du reste, Montréal présente des similarités avec Bakou : l’importance de la motricité, la rudesse des zones de freinage, et une surface en évolution rapide. Mais les vitesses seront un peu moins élevées et la météo plus fraîche, ce qui devrait aider à limiter la dégradation thermique (un problème en Azerbaïdjan).

Compte tenu de la relative faible usure qui est attendue sur l’île Notre-Dame, en 2019, la stratégie était à un seul arrêt (mediums-durs). Il pourrait en être de même cette année avec des 18 pouces légèrement plus endurants.

Mais la météo ou les voitures de sécurité pourraient rebattre les cartes, comme à Bakou, nous précise Mario Isola.

« Le Canada posera un certain nombre de points d’interrogation pour les équipes : la météo est souvent variable, toutes les données précédentes datent de trois ans, et nous avons une gamme de pneus complètement différente avec de nouveaux composés et de nouvelles structures, sur un circuit qui n’est presque jamais utilisé - ce qui entraînera un très haut degré d’évolution. »

« Par rapport à leur dernière visite à Montréal, les pilotes devraient trouver des gommes plus stables avec une plage de fonctionnement plus large, leur permettant de pousser plus fort tout au long de chaque relais avec un risque de surchauffe beaucoup plus faible. »

« Un aspect intéressant de Montréal est qu’elle possède l’un des temps perdus les plus bas à chaque passage aux stands du calendrier, ce qui signifie qu’une voiture peut entrer et sortir de la voie des stands en moins de 20 secondes. Cela pourrait ouvrir quelques options en termes de stratégie. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos