Les VSC ont rebattu les cartes de la stratégie à Bakou

Le mercure également

Recherche

Par Alexandre C.

13 juin 2022 - 14:15
Les VSC ont rebattu les cartes de (...)

Les stratégies ont bien été chamboulées par les faits de course à Bakou hier, mais ce fut plutôt par des voitures de sécurité virtuelles que des « réelles ».

Les deux Red Bull ont réalisé une stratégie similaire, médiums-durs-durs (avec un deuxième arrêt à la faveur de la deuxième voiture de sécurité virtuelle). George Russell a imité les Red Bull dans cette stratégie.

Avant son abandon, Charles Leclerc avait (contrairement à Monaco) bénéficié d’une bonne stratégie pour Ferrari, qui avait profité de la première voiture de sécurité virtuelle pour s’arrêter, contrairement à Red Bull. Gagnant une bonne dizaine de secondes dans l’opération. Avec la deuxième voiture de sécurité virtuelle, Charles Leclerc aurait pu s’arrêter également et conserver son avance. Mais avec des si…

Les stratégies se sont divisées entre les pilotes ayant profité de la première voiture de sécurité virtuelle pour s’arrêter, et ceux étant restés en piste, notamment les pilotes partis en durs comme Esteban Ocon.

Tenir une stratégie à un seul arrêt était cependant plus complexe compte tenu de la dégradation thermique plus élevée, avec des températures dépassant les 50 degrés sur la piste. Pierre Gasly et Sebastian Vettel y sont cependant parvenus avec un relais de plus de 40 tours en durs.

Ces températures ont également mis le tendre hors-jeu stratégiquement : aucun pilote ne l’a utilisé à part Yuki Tsunoda après son problème de DRS en fin d’épreuve.

Le pilote le mieux classé, pour ceux étant partis en durs, fut finalement Daniel Ricciardo sur sa McLaren (8e).

Voiture de sécurité virtuelle, températures… finalement, la bonne stratégie n’était pas à deux arrêts aux stands, souligne Mario Isola pour Pirelli après le Grand Prix.

« Selon toute vraisemblance, cela aurait été une course à un arrêt, mais les opportunités présentées par les voitures de sécurité virtuelles pour des arrêts aux stands, avec une perte de temps minimale, étaient trop bonnes pour que plusieurs équipes les ignorent. Cela a influencé le timing des arrêts aux stands et donc la stratégie. »

« Nous avons tout de même vu sept des 15 arrivants s’arrêter une seule fois, ce qui souligne la durabilité ainsi que la performance des pneus ici. Dans les conditions actuelles, sur une piste chaude où les vitesses sont élevées, il était clair que les gommes dures étaient les mieux adaptées : un fait que beaucoup d’équipes avaient anticipé en gardant plus d’un jeu de pneus durs pour le Grand Prix. »

Pirelli

Info Formule 1

Photos

Vidéos