Formule 1

Accords Concorde, ticket d’entrée : avec le départ de Honda, la F1 s’est-elle tirée une balle dans le pied ?

A la lumière du retrait de Honda

Recherche

Par Alexandre C.

3 octobre 2020 - 18:01
Accords Concorde, ticket d’entrée : (...)

Et si la FOM et la FIA avaient conspiré contre elles-mêmes au cours de ces dernières semaines ?

Le retrait de Honda, à partir de la fin de la saison 2021, apporte en effet un nouvel éclairage sur deux récentes décisions stratégiques prises par le sport… et mis bout à bout, ces deux changements majeurs, censés profiter au business, pourraient in fine jeter un trouble sur l’avenir de la discipline.

Accords Concorde : la pression de Red Bull expliquée pour revoir les clauses de sortie

Le retrait de Honda, s’il a pu prendre par surprise le grand public, a dû cependant être annoncé en amont, par le motoriste japonais, à Red Bull. Et cela expliquerait beaucoup de choses lors des récentes négociations des Accords Concorde. En effet, c’est Red Bull qui le plus poussé pour que ces Accords prévoient une nouvelle clause de sortie annuelle : à la fin de chaque saison, les équipes sont ainsi désormais libres de quitter le sport (alors que par le passé, l’engagement pluriannuel était contraignant).

« Cet accord semble moins contraignant que d’autres accords que nous avons signés par le passé, mais je dirais qu’il s’agit plus d’un partenariat » déclarait, au moment de la signature des Accords Concorde, Christian Horner.

Ainsi, Red Bull va pouvoir quitter le sport fin 2021, si elle le veut, sans pénalité financière supplémentaire. Nul doute que cette option est sur la table, quoi qu’en disent Horner ou Marko.

Dès lors, en ayant accepté cette nouvelle clause de sortie, la F1 ne se serait-elle pas tirée une balle dans le pied ? En effet, le risque est grand désormais de perdre deux équipes en F1, ce qui réduirait la grille à 16 voitures. Et les motoristes (Ferrari, Mercedes, Renault y étant obligée par le règlement) qui ne voudront pas aider Red Bull pourront toujours arguer de l’existence de cette clause en disant : Red Bull a la possibilité de se retirer, Red Bull a poussé pour cette clause, le moment est venu pour eux d’en profiter.

Le ticket d’entrée à 200 millions : une autre balle dans le pied ?

La grille pourrait d’autant plus se raréfier à l’avenir, que la F1 a ajouté un nouvel obstacle, récemment, à tout nouvel arrivant potentiel : le montant du ticket d’entrée dans la discipline a été brutalement porté à 200 millions d’euros, une progression quasi-exponentielle.

Le but de cette augmentation était louable à l’origine : valoriser les équipes existantes. « Si vous achetez une équipe, vous achetez une valeur, et cela ajoute de la valeur » commentait ainsi Günther Steiner, plutôt content de cette décision.

Mais si cette augmentation profite aux équipes existantes, elle nuit forcément à tout potentiel arrivant. En cas de départ de Red Bull et d’AlphaTauri avec les nouvelles clauses, la F1 aurait donc d’autant plus de mal à attirer des équipes remplaçantes. Faudra-t-il alors faire une exception aux 200 millions, étant donné qu’avec le départ de deux équipes, le « gâteau » des revenus à partager ne diminuera aucunement pour les 8 autres équipes ? Verra-t-on ressurgir la thèse des trois voitures par écurie ?

En tout état de cause, avec les Accords Concorde et cette décision sur le ticket d’entrée, la F1 a pris sûrement des mesures qui semblaient pertinentes… jusqu’à l’annonce de Honda. Désormais, il est légitime de s’interroger sur les conséquences de moyen terme de ces deux changements. Et si la F1 s’était tirée une balle dans chaque pied ?

Red Bull

Honda

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less