Russell prévient : Le problème du marsouinage est loin d’être résolu

Même si Mercedes F1 a été peu touchée au Canada

Recherche

Par Paul Gombeaud

20 juin 2022 - 16:45
Russell prévient : Le problème du (...)

Le phénomène du marsouinage, provoqué par les F1 à effet de sol, avait atteint son paroxysme lors du Grand Prix d’Azerbaïdjan disputé la semaine dernière, avec de nombreux pilotes qui avaient fait part de leur souffrance au sortir de leur monoplace.

A tel point que la FIA décidait de prendre les choses en main avant que le sport ne se rende au Canada ce weekend, en annonçant des mesures visant à réduire l’effet des rebonds.

Dès Montréal, les équipes pouvaient ainsi ajouter un deuxième plancher afin d’améliorer la rigidité de leur monoplace. Mercedes F1 essayait cette solution durant les essais libres du vendredi, mais choisissait finalement de s’en passer pour le Grand Prix.

Mais malgré ça et la nature très bosselée du circuit Gilles Villeneuve, la W13 de Lewis Hamilton et de George Russell n’a pas souffert du marsouinage durant la course, comme l’explique le plus jeune des deux Britanniques.

"C’était bosselé, vraiment très bosselé sur cette piste," a expliqué Russell. "Nous n’avions pas de marsouinage, nous rebondissions dans la ligne droite et tapions le sol."

Y a-t-il donc un espoir que l’écurie allemande soit finalement parvenue à maitriser le phénomène ? Non d’après Russell, qui explique que cela dépend de plusieurs données selon les circuits.

"Je pense qu’il y a plusieurs facteurs. Le vent en est un, les bosses d’un circuit un autre. L’ajout d’un deuxième plancher, qui fait partie des mesures apportées par la FIA, n’a servi à rien, et c’est pourquoi nous ne l’avons pas utilisé en course. Le problème inhérent à ces voitures 2022 est donc loin d’être résolu."

Classé quatrième du Grand Prix du Canada derrière son coéquipier Lewis Hamilton, George Russell choisissait de ne pas s’arrêter lors de la première intervention de la voiture de sécurité virtuelle. Mais il n’a aucun regret, estimant que ça n’aurait rien changé à son résultat final.

"Tout est facile avec le recul. J’aurais probablement préféré m’arrêter lors de cette première voiture de sécurité virtuelle, mais en fin de compte je ne pense pas que ça aurait changé mon résultat final."

"Notre rythme était très bon lors des deux premiers relais. Lors du dernier relais, juste avant la relance, je ne sais pas pourquoi mais je ne parvenais pas à faire fonctionner mes pneus. C’était dommage de reculer quelque peu et de ne pas pouvoir me battre, mais la quatrième place est néanmoins un bon résultat."

Mercedes F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos