Formule 1

Ricciardo se confie sur son objectif : quitter la F1 avec au moins un titre

Est-ce que cela se fera avec Renault F1 ? L’Australien ne le sait pas...

Recherche

Par Olivier Ferret

9 mai 2020 - 12:06
Ricciardo se confie sur son objectif :

La situation de Daniel Ricciardo est l’une de celles qui fait le plus parler en ce moment car c’est un des excellents pilotes qui se retrouvent en fin de contrat cette année et ne peut pas encore décider ce qu’il va faire, avec une saison 2020 qui n’a toujours pas été lancée.

Cyril Abiteboul a récemment indiqué qu’il y avait a priori une envie "réciproque" de voir l’Australien et Renault F1 continuer ensemble, mais la perspective de très bonnes performances et donc d’un titre mondial s’éloigne d’une année suite au report des règles techniques de 2021 à 2022.

Comment Ricciardo aborde-t-il ce sujet ? Y réfléchit-il déjà ?

"Mon objectif de base dans ma carrière n’était pas seulement d’arriver en F1. C’était de la quitter en étant champion du monde, une ou plusieurs fois. Étais-je excité à l’idée d’aller en F1 ? Absolument. Est-ce que j’aime ça ? Oui. Mais je ne suis pas encore arrivé à mon but."

"Est-ce que j’apprécie toujours autant ce sport malgré ça ? Absolument. Mais si ça se terminait aujourd’hui, je serais déçu. Une grande partie de moi le serait parce que gagner un titre c’est quelque chose que je crois vraiment pouvoir réaliser. Cela laisserait donc un goût d’inachevé."

"Le titre, c’est le but ultime. Le jour où j’arrêterai de croire que je pourrai encore le faire, c’est le jour où vous me verrez probablement m’éloigner du sport, mais je crois toujours que cela peut arriver."

La décision est donc rendue plus compliquée par le fait que la modification majeure de la réglementation technique est reportée à 2022.

"Il est frustrant que ce sport soit très dépendant de deux facteurs : avoir la bonne voiture pendant la bonne saison," admet Ricciardo.

"Mais c’est aussi pour cela que je suis en F1. Et c’est en soi une partie passionnante du sport. Le défi est de se positionner avec la meilleure équipe au bon moment et quand les changements de règles arrivent, tout est remis en question : est-ce toujours la bonne équipe pour moi ? Allons-nous manquer de quelque chose ? Devons-nous essayer de construire sur ce que nous avons et continuer ensemble ?"

"C’est un peu comme les échecs, la plupart du temps. Si c’était soit noir, soit blanc, nous pourrions tous savoir où aller et quand, mais ce n’est pas ainsi que ça fonctionne."

"Je pense que le meilleur trouvera toujours un moyen d’atteindre le sommet," conclut l’Australien sans donner une seule indication sur ce qu’il compte faire...

Renault F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less