Formule 1

Mercedes a usé Ocon au point de le ‘détruire’ physiquement en 2019

Renault et Mercedes se sont mis d’accord sur les secrets que livrera Ocon

Recherche

Par A. Combralier

13 février 2020 - 18:47
Mercedes a usé Ocon au point de le (...)

Esteban Ocon arrive chez Renault F1 après une saison particulière, lors de laquelle il aura engrangé, au choix, expérience, frustration et fatigue.

Le pilote français n’a pas du tout chômé comme troisième pilote de Mercedes l’an dernier ; il a même eu des week-ends de Grands Prix particulièrement éprouvants, comme il le raconte aujourd’hui avec des mots très forts.

« La saison que j’ai eue a été très très exigeante. Je ne dormais pas pendant deux jours d’affilée, c’était assez fou - la quantité de voyages que je faisais, et le nombre d’heures que je passais dans le simulateur à faire des trucs pour Mercedes. »

« Ils m’ont bien employé – mais beaucoup. »

« Alors, quand je suis arrivé à mon camp d’entraînement, pour être honnête, après avoir participé aux tests d’Abu Dhabi, j’étais plus léger que jamais. »

« En gros, je suis sorti détruit de cette année. Depuis j’ai repris 4 kilos et demi de muscles. »

Malgré la fatigue accumulée, Esteban Ocon apportera beaucoup de savoir-faire et de connaissances à Renault. En effet, l’équipe française a tout intérêt à s’inspirer des techniques et bonnes pratiques en vigueur chez Mercedes.

Mais Esteban Ocon, qui demeure encore un « cousin » de Mercedes F1 selon l’expression de Toto Wolff, sera-t-il autorisé à tout dire ? Apparemment pas, puisque Renault et Mercedes ont trouvé un accord sur ce qui pourra être partagé, et ce qui ne pourra pas l’être.

« J’en sors [de Mercedes] beaucoup plus fort que je ne l’étais, avec beaucoup plus de connaissances sur le plan technique, mais aussi sur tous les autres aspects de l’organisation, la façon dont ils voient les choses dans différentes conditions, la façon dont ils se comportent dans n’importe quelle situation. »

« J’avais un œil sur tout cela, avec une vision totalement différente que si j’avais conduit. Donc, ça m’a vraiment aidé. Bien sûr, cette année, je vais essayer de communiquer, dans une certaine mesure, sur un peu tout cela - il faut toujours être professionnel, ne pas révéler tous les secrets, parce que les ingénieurs, ils doivent tous attendre un an [de préavis] avant de revenir dans une autre équipe, ce n’est pas le cas pour un pilote. »

« Mais j’apporte toujours beaucoup de choses. Dans certaines limites, j’ai amené des choses ici, ce que les deux équipes ont accepté. Et oui, jusqu’à présent, c’est bien, j’ai été très impliqué dans le développement de la voiture de cette année. »

Esteban Ocon, quand il a comparé Renault à Mercedes, n’a-t-il cependant pas été choqué par le différentiel d’organisation, d’efficacité, entre les deux structures ?

« Maintenant, c’est une période passionnante, parce que vous n’avez pas vu grand-chose ici [pour le lancement], mais c’est assez différent. Depuis quelques années, les gars de l’usine disent que c’est probablement la plus grande étape que nous allons franchir depuis trois ou quatre ans. »

« L’écart entre Renault et Mercedes n’est toujours pas aussi grand. C’est certain. Mais la quantité d’efforts fournis dans le développement de l’équipe depuis 2016… je veux dire, quand je suis arrivé [à l’usine d’Enstone], j’étais perdu à l’entrée. J’ai pris à gauche, normalement il y avait des escaliers qui descendaient, et en fait il y avait une nouvelle pièce pleine de designers et tout. Tous ces nouveaux équipements, ces nouvelles machines, ces nouvelles pièces, ces nouveaux ordinateurs… eh bien oui, tout ce que vous voyez ici est nouveau. »

Mercedes

Renault F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less