Le Covid représente une menace pour la tenue du GP d’Afrique du Sud

Il ne faut pas de restrictions pour que l’évènement ne soit pas en danger

Recherche

Par Olivier Ferret

6 juillet 2022 - 09:07
Le Covid représente une menace pour (...)

Le président de Motorsport South Africa, Anton Roux, affirme que les restrictions Covid dans le pays pourraient signifier qu’un GP en Afrique du Sud n’est peut-être pas possible pour le moment.

L’Afrique du Sud a actuellement une restriction en place selon laquelle les événements sportifs ne peuvent se tenir qu’à 50% de leur capacité, ce qui limite le nombre de personnes présentes - et, par conséquent, le montant des revenus pouvant être générés par de tels événements.

Le PDG de la Formule 1, Stefano Domenicali, a effectué plusieurs visites en Afrique du Sud alors que le pays cherche à négocier son entrée dans le calendrier pour la première fois depuis 1993, et serait en « pourparlers avancés » pour le faire.

Roux, également membre du Sénat de la FIA, a expliqué que les touristes représentent une part majoritaire de la foule lors de certains week-ends de course, de telles restrictions seraient donc problématiques pour la tenue d’une course.

"Ce que la plupart des gens ne réalisent pas, c’est que si vous regardez un pays hôte qui accueille une course de Formule 1, 60% des spectateurs ne sont pas du pays hôte," explique-t-il.

"Donc, si vous regardez certains événements, comme ceux du Texas, qui ont accueilli 380 000 spectateurs l’année dernière, ce qui, je pense, était plus de spectateurs qu’aux Jeux olympiques, 60% d’entre eux sont des étrangers."

"Maintenant, je ne pense pas nécessairement que nous allons attirer autant de spectateurs. Mais vous savez, on pourrait avoir entre, disons, 250 000 et 300 000 spectateurs sur la période."

"Et venir en Afrique du Sud représente une grosse distance à parcourir, donc ils ne vont pas venir ici pour l’événement et repartir, ils passeront leur semaine dans le Mpumalanga, ils passeront du temps au Cap. Donc l’afflux de touristes, mais aussi des équipes, sera important."

Roux a ajouté que les organisateurs cherchaient à amener Kyalami aux normes FIA Grade 1 pour pouvoir organiser une course, et est convaincu que le circuit accueillera la Formule 1 soit en 2023, soit en 2024.

Cependant, il pense que tenir un week-end de Grand Prix sans la participation au complet des fans ne serait pas une sage décision.

"Je pense que les restrictions Covid sont un grand défi, et si nous y allons avec 50% de public, cela pourrait mettre tout l’événement en danger."

"Vous savez, nous avons eu un événement plus tôt cette année, un événement international, où nous avons autorisé 2000 spectateurs, mais nous avions 1800 employés sur le circuit."

"Je veux dire, cela n’a tout simplement pas de sens si vous ne pouvez pas atteindre votre pleine capacité et que nous ne pouvons pas attirer environ 90 000 spectateurs par jour à Kyalami."

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos