Formule 1

‘Ce devrait être un sport d’homme’ : la F1 n’est pas assez physique pour Hamilton

Il s’en prend aussi à Pirelli et à la qualité du spectacle

Recherche

Par A. Combralier

7 juin 2019 - 08:42
‘Ce devrait être un sport d'homme' : (...)

Le but du nouveau règlement 2017 était de rendre les voitures plus dures à conduire physiquement, afin de rehausser l’exigence du pilotage d’une F1.

Mais à en croire Lewis Hamilton, cet objectif a été loin d’être atteint… C’est pourquoi le pilote Mercedes espère, pour les prochains Accords Concorde, un retour à des Formule 1 plus voraces, plus impressionnantes sur le plan de la puissance moteur et des forces-G.

« Je voudrais revoir les V12, des moteurs atmosphériques, avec une boîte de vitesses manuelle. »

« Débarrassons-nous aussi de toutes ces zones de dégagement que vous avez partout. Vous ne devriez pas avoir de direction assistée, ou bien une qui soit très peu efficace. J’aime quand le pilotage est plus difficile. »

« Vous devriez être physiquement épuisé après une course. Comme un marathon. Aujourd’hui, je pourrais probablement faire deux ou trois courses d’affilée, et la F1, ce ne devrait pas être cela. »

Le règlement 2017 avait été édicté notamment pour empêcher de trop jeunes pilotes d’arriver en F1, ce qui aurait réduit l’attractivité ou la valeur de la F1 aux yeux de tout le monde. Là encore, Lewis Hamilton déplore une occasion manquée.

« Ce sport est un sport d’homme, et beaucoup de jeunes y rentrent. C’est assez facile pour eux d’y arriver directement. Et cela explique pourquoi certains d’entre-nous peuvent rester longtemps dans ce sport, on peut gérer tout cela. Mais je pense vraiment que ce devrait être le sport le plus physiquement difficile. »

La F1 a cependant une circonstance atténuante : Lewis Hamilton reconnaît être aujourd’hui en pleine forme, grâce à son régime végan.

« Plus vous vieillissez, plus vous savez ce dont vous avez besoin pour votre propre santé. Une grosse étape pour moi, ce fut de passer à ce régime, cela a vraiment changé beaucoup de choses chez moi, mentalement et physiquement. »

« J’aurais souhaité le faire bien avant. Malheureusement, on éduque mal les enfants à l’école. »

« Tous les jours ne sont pas faciles. Je rencontre des embûches, mais je sens que je dispose de nouveaux outils pour apprendre tous les jours de nouvelles choses. Je suis définitivement au meilleur endroit dans ma carrière. Je sens que je ne vais pas m’arrêter de continuer à apprendre, à grandir et à m’améliorer. »

Au rayon des revendications, Lewis Hamilton s’en est pris aussi à Pirelli et à la qualité du suspense et du spectacle proposés.

« Nous avons besoin de meilleurs pneus. »

« Et d’un meilleur spectacle. Les décisions prises ces 12 dernières années, pour changer le règlement, régler le problème des coûts, améliorer le nombre de dépassements, en général, n’ont pas été formidables. »

A-t-il confiance en Liberty Media pour régler cette malédiction ?

« Liberty Media est en responsabilité aujourd’hui et vous avez toujours le même problème : les gens ne sont pas si excités. Nous avons toujours une trop grande séparation entre les écuries les plus riches et celles les moins compétitives. »

« Il s’agit plus que d’un changement de règlement, il s’agit d’un problème fondamental. »

« Mais il y aussi la question du spectacle. Chaque week-end est le même, 21 fois dans l’année, jamais leur format n’a été changé (ce sera le cas à partir de 2021, ndlr). »

« Le spectacle proposé doit aussi s’adapter à la nature de chaque circuit. Prenez Monaco, vous ne pouvez y dépasser, peut-être qu’il faudrait avoir deux courses plus courtes là-bas. »

« Les gens continuent de dire que la F1 les ennuie, parce que pendant un laps de temps, une équipe gagne à chaque fois : Ferrari, puis McLaren, Mercedes, Red Bull… Comment stopper cela ? Cela dépend vraiment du règlement. Mais à une échelle plus globale, il doit y avoir des changements qui ne soient pas que réglementaires, selon moi. Ross Brawn y pense pour 2021. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less