Formule 1

Une seule séance le vendredi, une bonne idée pour le suspense et le spectacle ?

Plus d’imprévisibilité avec moins de roulage ?

Recherche

Par A. Combralier

15 août 2019 - 17:10
Une seule séance le vendredi, une (...)

Pour qu’un calendrier étendu à 22 courses l’an prochain soit soutenable, la F1 envisagerait de réduire la durée des essais hivernaux. Mais à compter de 2021, lorsque le calendrier pourrait contenir jusqu’à 25 courses, Liberty Media et la FIA sont prêts à prendre d’autres mesures : compresser la journée médias et la reporter au vendredi matin, et organiser les essais libres à partir du début de l’après-midi.

Serait-il aussi possible de réduire le roulage le vendredi ? A Budapest, une grande partie des essais libres du vendredi ont été pratiquement neutralisés en raison de la pluie… Avec moins d’essais libres, la course serait-elle ainsi plus imprévisible ?

« Cela peut aider le spectacle, bien sûr » répond Lewis Hamilton à cette interrogation. « Sur le Hungaroring, le vendredi, les Red Bull n’avaient pas fait un long relais, nous oui en EL1. Je ne sais pas à quel point ça a fait une différence. Nous avons juste pu comprendre quelle serait la durée de vie des pneus, mais les autres équipes ont pu faire quelque chose de similaire avec leurs stratégies. On pourrait presque supprimer toute la journée du vendredi. »

« Non, j’aime piloter, ce serait dommage d’avoir moins de roulage » assure pour sa part Sebastian Vettel. « Nous ne pilotons pas beaucoup, nous faisons beaucoup de courses mais nous ne pilotons pas beaucoup. Donc ce serait dommage. Si vous voulez régler le problème du spectacle, vous pouvez vous concentrer sur d’autres choses. »

« Cela aide vraiment quand vous abordez une course sans savoir la durée de vie des pneus » argumente au contraire Lewis Hamilton. « Ce n’est pas une mauvaise chose, cela peut améliorer le spectacle. Cela ajoute plus de points d’interrogations à la stratégie. Mais nous avons plus de problèmes : le design de la voiture, tout cela… »

Max Verstappen, enfin, relativise la situation actuelle au niveau notamment de l’exploitation des Pirelli.

« Cette saison, de toute façon, souvent, vous courez le dimanche avec un pneu dur que vous n’avez pas utilisé en essais libres, parce que vous n’en choisissez qu’un train. Ce n’est pas si mal. J’aime le défi de ne pas savoir ce qui va arriver alors pourquoi pas supprimer le vendredi ou le réduire fortement. Le problème, c’est que la plupart du temps, si vous mettez des pneus, et si l’équilibre est trop mauvais, c’est difficile pour le gars derrière de dépasser. Donc il s’agit plus de pouvoir suivre plus facilement une voiture, c’est sur ce point qu’il faut travailler. Si le gars est plus rapide, il devrait pouvoir dépasser. Donc c’est aussi lié aux pneus. Parfois, nous ne choisissons pas à dessein les pneus les plus durs, ou pas plus d’un train, parce que c’est obligatoire. Parce que vous savez que si vous êtes bloqués, même sans plus de données sur ces pneus, vous pouvez rester devant une autre F1 jusqu’à l’arrivée. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less