Formule 1

Russell : L’erreur d’Imola l’a fait réfléchir sur son approche de la course

Il revient sur sa lettre d’excuses à Williams

Recherche

Par Emmanuel Touzot

12 novembre 2020 - 13:11
Russell : L’erreur d’Imola l’a fait (...)

Les pilotes Williams ont hâte de découvrir le circuit d’Istanbul au volant de leur FW43, après être arrivés en Turquie. Si Pirelli assure que le tracé ne serait pas trop violent pour les gommes, George Russell s’interroge sur le fameux quadruple virage à gauche, qui promet une moyenne de 3,5G latéraux pendant 6 secondes consécutives par tour.

"Il sera intéressant de voir comment les pneus réagiront à ce virage 8 brutal" note le Britannique. "Si nous roulons avec peu de carburant, il sera facile de passer à fond. Avec un réservoir plein, il faudra voir. Ce sera difficile, tant pour notre cou que pour les pneus Pirelli."

Nicholas Latifi n’a pas attendu pour venir découvrir le tracé lors de son arrivée en Turquie : "Je suis venu directement sur le circuit et j’ai fait un tour. Il s’agit d’un circuit unique qui, espérons-le, permettra de faire une bonne course. C’est amusant de découvrir de nouveaux circuits, alors j’attends ce week-end avec impatience."

Russell voudra se rattraper après avoir fait une erreur à Imola, où il a perdu le contrôle de sa monoplace derrière la voiture de sécurité. Il a été heureux de voir les messages de soutien adressés par les autres pilotes.

"J’ai reçu beaucoup de soutien de mes collègues. C’était très surprenant, il y avait des champions du monde et vainqueurs de courses. Cela m’a beaucoup aidé. Mais cela n’atténue pas la douleur de l’accident. Avoir été soutenu par Fernando Alonso et Lewis Hamilton m’a aidé à passer à autre chose."

Il est revenu sur la lettre qu’il a envoyée à son équipe après l’accident, et explique que ce n’est pas la première qu’il fait passer au sein de Williams : "Ce n’était pas uniquement une lettre d’excuses, j’y ai écrit mes pensées. Je me suis aussi excusé pour une erreur que je jugeais inacceptable."

"Cela m’a permis de penser à la manière dont on approche la compétition. La course récompense parfois ceux qui prennent des risques, mais parfois ceux qui sont prudents. Au dernier Grand Prix, j’aurais surement signé un résultat si j’avais été plus prudent."

"Mais comment définissons-nous cette limite ? Est-on plus prudent en qualifications ? Avec les réglages ? Dans les arrêts ? Nous sommes tous des compétiteurs, nous sommes là pour repousser les limites et des erreurs se produisent. Cela m’a aussi permis de me questionner sur le fait d’avoir peur des erreurs, et je ne pense pas qu’on devrait."

Williams F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less