Formule 1

McLaren F1 développe un ’tout nouveau’ simulateur de 3e génération

Une percée technologique à Woking l’an prochain

Recherche

Par Alexandre C.

13 décembre 2019 - 12:46
McLaren F1 développe un ’tout nouveau’

McLaren continue à investir pour rattraper son retard structurel, accumulé ces dernières années sur Mercedes en particulier. L’équipe de Woking a ainsi lancé la construction d’une nouvelle soufflerie, qui sera livrée en 2021. Et ce n’est pas le seul investissement consenti par les actionnaires de l’équipe.

En effet, McLaren est en train de construire un tout nouveau simulateur de pilotage, qui devrait être achevé (c’est ce qu’espère l’équipe du moins) d’ici 2020. Selon le directeur technique James Key, ce « tout nouveau simulateur » représentera un progrès « massif » par rapport à la précédente version.

« McLaren a longtemps été un pionnier dans ce genre de projets. Mais maintenant, le monde a avancé, et ce projet est devenu un gros projet au sein de l’équipe. »

Le simulateur actuel serait-il déjà hors d’âge à Woking ?

« Pour rendre hommage au simulateur actuel » poursuit James Key, « il s’agit toujours d’un outil très, très utile, et il fait son boulot. Il a été extrêmement efficace depuis longtemps. »

« Mais la technologie a progressé. Et la plupart des équipes ont maintenant une meilleure compréhension des limitations de la première et peut-être de la deuxième génération des simulateurs de F1. Par conséquent, la troisième génération de simulateur sera assez différente en fait. La technologie sera très nouvelle, très différente. Donc ce projet sera totalement un nouveau départ. »

« De plus, toutes les équipes, je pense, comprennent mieux ce qu’un pilote doit vraiment ressentir pour que le pilotage réel d’une voiture soit vraiment répliqué. Parce que vous ne pouvez générer de mêmes niveaux de forces-G dans le simulateur. Il faut donner de meilleures indications sur ce que fait la voiture. »

« Et les précédents simulateurs étaient très solides sur certains aspects, faibles sur d’autres. Donc nous nous occupons de ces faiblesses. Finalement, le but est de donner une meilleure représentation du pilotage de la voiture. »

James Key a expliqué plus en détail les futures améliorations de ce bijou de technologie…

« Une voiture réelle est multidimensionnelle. Donc dans un simulateur, il y a une sorte de carte aérodynamique. Auparavant, il y avait une même surface dimensionnelle et maintenant il y en a plusieurs couches, qui interagissent en quelque sorte. C’est la même chose pour les pneus, ou certains aspects de la suspension. »

« Plus vous avez de puissance de calcul, plus vous pouvez combiner ces effets et mieux répliquer ce que la voiture fait. »

« Donc puisque cette puissance a augmenté avec les années, vous pouvez faire plus de calculs et ainsi bénéficier d’un modèle plus représentatif. »

Les pilotes dédiés au simulateur chez McLaren (Sergio Sette Camara, Oliver Turvey et le champion d’e-sports Rudy van Buren) vont bientôt disposer d’un outil de travail dernier cri…

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less