Formule 1

Le duel Ferrari-McLaren est bien moins intéressant que 2022 pour Binotto

Il adresse une critique voilée à Ricciardo

Recherche

Par Alexandre C.

30 juin 2021 - 08:32
Le duel Ferrari-McLaren est bien (...)

Même si Lando Norris a brillé pour McLaren au dernier Grand Prix en Styrie, avec une belle 5e place, Ferrari a inscrit 4 points de plus que McLaren au classement des constructeurs, rattrapant donc un peu son retard.

La lutte pour la 3e place fait toujours rage entre McLaren et Ferrari… mais Mattia Binotto ne se concentre pas prioritairement dessus. En effet, le directeur de la Scuderia a surtout les yeux rivés vers le nouveau règlement de l’an prochain, qui devrait permettre à Ferrari, dans l’idéal, de se rapprocher de Mercedes et Red Bull – une position plus conforme au standing de Maranello.

« A quel point est-il important de gagner des points sur McLaren ? Ce n’est pas tant important que cela - et peut-être que je vous surprends. »

« Comme je l’ai dit au début de la saison, nos principaux objectifs sont de s’assurer qu’en tant qu’équipe nous progressions dans la perspective des prochaines années et des prochaines saisons. Faire mieux dans chaque domaine, s’assurer que nous apprenions de nos erreurs comme après la France. »

« Clairement, la troisième position au classement des constructeurs peut être un objectif, mais ce n’est pas le principal. Le principal, comme je l’ai dit avant, est qu’en tant qu’équipe, nous nous améliorions et faisions mieux à l’avenir. À cet égard, nous avons gagné quatre points pour le championnat des constructeurs, mais ce n’est pas notre objectif principal pour la saison. »

Mattia Binotto adresse aussi une petite critique masquée à Daniel Ricciardo, qui est le maillon faible de McLaren pour le moment...

« Le fait que nos pilotes s’en sortent bien en comparaison de McLaren… je ne juge pas les autres, je ne vais pas commencer à le faire, je nous juge nous-mêmes, je suis très fier de la façon dont nos pilotes s’intègrent dans l’équipe, se comportent et conduisent. »

Quels points faibles alors travailler à Maranello ? Mattia Binotto a une première piste : le rythme en qualifications.

« Si l’on considère le bilan global du week-end, notre résultat en qualifications doit être amélioré. Mais nous avons l’opportunité de revenir ici, sur le même circuit, pour essayer d’y remédier. »

Le deuxième grand chantier est celui de la dégradation des pneus : c’est ce qui a ruiné la course des Ferrari au Paul Ricard. Au Red Bull Ring, ce problème fut moins important. Mais cela ne veut pas dire qu’il est derrière Ferrari pour Mattia Binotto...

« Je ne pense pas que nous ayons complètement résolu le problème depuis la France. Sans aucun doute, après toutes les analyses, en retournant en France, nous pourrions faire certaines choses différemment et améliorer notre performance là-bas.

« Mais je pense que dans l’ensemble la voiture a quelques faiblesses que nous n’allons pas régler cette année. Par exemple, lorsque nous irons à Silverstone… Silverstone peut à nouveau être un circuit difficile pour nous. Des virages à haute vitesse avec beaucoup de dégradation. »

« Le plus important, je pense, est l’approche, la façon dont l’équipe a réagi, en essayant de se préparer pour l’Autriche, et je pense que cela a bien fonctionné. Même si Silverstone sera un circuit difficile pour nous, sans aucun doute, ce sera mieux que la France. »

Troisième grand chantier enfin pour Mattia Binotto : la puissance moteur. Heureusement le nouveau V6 l’an prochain devrait aussi combler ce retard...

« Si vous regardez les données des qualifications nous étions très forts avec un grip limité, mais nous perdions beaucoup de temps en étant limités par notre puissance moteur. Donc notre vitesse dans la ligne droite n’était pas assez bonne pour être compétitif. Que pouvons-nous y faire ? »

« C’est un bilan global du week-end et la course prouve que les choix que nous avons fait étaient utiles pour avoir une voiture compétitive. »

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less