Formule 1

Haas se passera de l’évolution du V6 Ferrari à Barcelone

Les évolutions châssis ne seront installées que sur une voiture vendredi

Recherche

Par A. Combralier

9 mai 2019 - 15:04
Haas se passera de l'évolution du V6 (...)

Ce week-end à Barcelone, Ferrari amène un V6 évolué, qui devrait apporter un gain de puissance non-négligeable, et être compatible avec un nouveau lubrifiant Shell. Cette évolution a été introduite deux courses plus tôt que prévu par Ferrari.

Ce délai raccourci a semble-t-il pris de court Alfa Romeo et Haas, qui n’utiliseront pas l’évolution moteur dès ce week-end, à Barcelone. Les clients de Ferrari attendront Monaco ou Montréal pour ce faire.

« Nous ne serons pas en mesure d’utiliser l’évolution » a confirmé Günther Steiner pour Haas. « J’ai juste entendu que Ferrari l’introduisait. Je ne le savais pas. Vous savez, ils ne me disent pas toujours ce qu’ils font. L’an dernier, nous avions introduit l’évolution avant eux. Cette fois-ci, c’est l’inverse. »

« Tout le monde nous demandait alors : ‘pourquoi faites-vous cela ?’ Et maintenant, on nous demande pourquoi on attend… Introduire une évolution pour les trois écuries à la fois est toujours, sur le plan logistique, très difficile pour eux, donc en fonction de l’évolution, pour une raison ou une autre, ils nous demandent si leur plan nous va, et c’est le cas. Au bout du compte, ils doivent gérer le moteur, le kilométrage, tout cela. Nous sommes assez heureux de leurs suggestions. »

« Allons-nous utiliser l’évolution à Monaco ou à Montréal ? Ce n’est pas encore décidé. »

Un autre point, en plus de la logistique, pose des problèmes à Haas : l’équipe américaine n’a pas le même lubrifiant que Ferrari (Shell).

« Mais ça n’explique pas notre décision » assure Günther Steiner. « C’est une spécification un peu différente, mais cela ne pose pas problème. Je ne pense pas que cela coûte tant de performance. Je ne sais pas ce qu’ils ont. Je n’ai aucun moyen de comparer. »

Si Haas ne peut compter sur des évolutions moteur, les nouvelles pièces sur le châssis sont elles bien arrivées : le fond plat, l’aileron avant, les déflecteurs et les rétroviseurs vont être en bonne partie remaniés. Mais les évolutions ne seront introduites que sur la voiture de Romain Grosjean le vendredi, afin de mieux cerner leur apport et leur rôle pour résoudre les problèmes de pneus récurrents de l’équipe.

« Nous allons faire rouler, demain, une voiture avec l’ancienne spécification, et une avec la nouvelle » précise Günther Steiner. « Pour avoir un point de comparaison. Si vous avez deux voitures avec la même spécification, et que vous avez un problème, alors, vous vous demandez si cela vient des pneus ou des nouvelles pièces ? Donc nous pourrons aussi introduire les évolutions sur la nouvelle voiture pour le samedi, si c’est bien prévu. Nous avons toutes les pièces pour ce faire. Nous avons consciemment voulu avoir ce choix en réserve pour ne plus être déconcertés par les problèmes de pneus. »

« Je crois que nous savons ce dont nous avons besoin, mais nous ne savons pas comment y arriver. C’est aussi simple que cela. Il faut juste rentrer les pneus dans leur bonne fenêtre de fonctionnement, les faire plus chauffer. Cela semble trop simpliste… Mais nous ne savons comment y arriver. Nous ne sommes pas les seuls, mais peut-être que nous sommes plus affectés que d’autres, je l’admets pleinement. »

« A Barcelone, ce ne pourra être pire. A Bakou, c’était le pire des cas. Et quand vous connaissez trois courses comme cela, vous perdez toujours un peu de confiance. A Barcelone, nous devrions être OK. En essais hivernaux, c’était le cas, à Melbourne aussi, et maintenant, si nous faisons encore un pas en arrière, nous nous demanderons bien ce qui nous arrive… »

Haas devra également se méfier de la fiabilité : comme l’a révélé Günther Steiner, c’est un problème de freins qui a causé l’abandon de Romain Grosjean lors du dernier Grand Prix.

« A un certain moment de la course, pour Romain à Bakou, nous avons surchauffé les freins, parce que nous avons poussé trop fort sur les pneus [pour les faire chauffer]. Mais nous n’avions rien à perdre, il fallait essayer. »

Haas F1

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less