Formule 1

Grosjean envisage de titiller les Red Bull si tout se passe bien

Cela dépendra, bien sûr, des Pirelli

Recherche

Par A. Combralier

20 juin 2019 - 17:59
Grosjean envisage de titiller les (...)

C’est à domicile qu’évolue ce week-end Romain Grosjean : le pilote français aura forcément de nombreux fans au Paul Ricard… Mais un week-end à la maison, signifie un week-end aussi plus chargé médiatiquement, ce qui peut perturber la concentration d’un pilote. Le pilote Haas le craint-il ?

« Jusqu’à présent, ce fut plutôt calme et bon. J’ai fait un peu plus de médias que d’habitude, mais rien de fou, donc je suis heureux d’être ici, de profiter de la météo du sud de la France… »

Haas était nulle part à Montréal, en raison d’une exploitation déficiente des Pirelli, comme trop souvent cette année. Et au Paul Ricard, ces problèmes seront-ils réglés ?

« Nous verrons. La performance, de notre côté, a fait un peu les montagnes russes. Généralement, notre performance a été bonne mais d’un autre côté, nous avons souffert un peu plus parfois. Donc j’espère qu’ici, nous aurons un bon package, qui fonctionne bien, qui fasse correctement fonctionner les pneus ; si c’est le cas, ce devrait une piste qui convienne à notre voiture de manière assez sympathique. Donc j’espère que nous allons mener la vie dure au milieu de grille. Et pourquoi pas aux Red Bull – il faut voir à quelle position nous pourrons figurer ce week-end. »

C’est la deuxième saison d’affilée que la F1 retrouve le Paul Ricard : Romain Grosjean aborde-t-il ainsi ce Grand Prix mieux préparé que l’an dernier ?

« Je ne sais pas ! L’an dernier, nous avions fait un peu de travail dans le simulateur avant d’arriver au circuit, et les réglages que nous avions adoptés, le vendredi matin, semblaient d’emblée nous donner un bon package. Donc nous avons les données de l’an dernier, ce qui aidera. Et nous allons nous concentrer sur le peaufinage de ces réglages, afin de tout comprendre. »

« Il fera assez chaud ce week-end, donc il faut nous assurer que nous tirions le maximum de ce qui est possible dans ces conditions – s’agissant des pneus, du refroidissement – pour n’avoir aucune mauvaise surprise le dimanche. Les réglages de départ sont assez bons, et maintenant, il s’agit de les peaufiner. »

Comme bien d’autres acteurs du paddock, Romain Grosjean a enfin été interrogé sur l’appel de Ferrari concernant la pénalité de Sebastian Vettel, reçue au Grand Prix du Canada… le pilote Haas estime-t-il que cette pénalité doit être effacée par la FIA ?

« Il est très difficile de s’écarter des règles. Il y a trop de directives au sujet des pénalités et parfois, deux pénalités peuvent être très différentes… ou deux incidents peuvent être très différents, mais recevoir la même pénalité. Je prends un exemple : j’ai mordu sur la ligne blanche en sortant des stands à Monaco, avec une partie de la roue, donc j’ai reçu une pénalité de cinq secondes et j’ai perdu un point sur mon permis ; Max Verstappen a eu un unsafe relase et a touché la voiture de Valtteri Bottas, et il a reçu cinq secondes et un point en moins sur son permis. Parce que c’est ce qui est écrit. Donc parfois, il est difficile pour les commissaires de décider la direction dans laquelle ils veulent aller, parce que tout est écrit et vous ne savez jamais si vous serez dans tel cas ou dans tel autre. »

« Au sujet de Seb… il est le seul à savoir s’il aurait pu contrôler mieux la voiture, laisser plus d’espace sur sa droite. Nous n’avons pas accès à sa télémétrie, ou à celle de Lewis. Donc je ne discuterai pas de la pénalité, ce n’est pas mon travail. »

Haas F1

expand_less