Arnoux s’en prend frontalement aux attitudes de Binotto et Hamilton

Et Verstappen a ’remis les choses en ordre’ après le ’titre volé’ en 2021

Recherche

Par Franck Drui

28 décembre 2022 - 14:39
Arnoux s'en prend frontalement (...)

René Arnoux, l’ancien pilote de F1 français qui a couru pour Ferrari a été interviewé par la Gazzetta dello Sport.

Il parle évidemment de la Scuderia mais aussi de Lewis Hamilton, l’accusant d’exploiter le racisme.

"J’étais triste de voir une Ferrari compétitive laisser filer le championnat. C’est vrai qu’il n’y avait pas de fiabilité, mais on a perdu des GP comme si on l’avait fait exprès. Pour le reste, Verstappen a remis les choses dans l’ordre pour lui," confie Arnoux.

"En 2021, le titre a été volé. Jamais auparavant une décision aussi inintelligente n’avait été prise concernant la voiture de sécurité. C’était un scandale. Red Bull a été supérieure cette année et Verstappen également. A plusieurs reprises, comme à Zandvoort, il a dominé la course. Lui et Leclerc sont très proches, mais Max a encore un truc en plus."

"Par exemple, ce qu’il a fait au premier virage de Suzuka : le passer sous la pluie, à l’extérieur. En cas de besoin, il est capable de freiner après les autres."

Bien évidemment, Arnoux est surtout très critique envers l’équipe de Maranello dirigée par Mattia Binotto en 2022.

"Les erreurs commises sont impardonnables. Je n’ai jamais été du côté de Binotto. Quelqu’un qui dit ’l’année prochaine sera meilleure’ ne mérite pas cette place. Je l’aurais mis dehors il y a déjà plusieurs années. Un comportement comme le sien est intolérable quand on est à la tête de la meilleure équipe du monde. Vous pouvez aimer ou non Jean Todt, mais il n’aurait jamais dit ’Ça ira mieux l’année prochaine’. Il a gagné, et quand il a gagné, il a pensé à l’année suivante. Mais il y a peu de leaders comme Todt et de Ron Dennis."

Le Français est aussi déçu par Lewis Hamilton... concernant son attitude.

"Il m’a surpris, car peut-être qu’il a perdu des courses à cause de la stratégie. Même si je ne l’aime pas beaucoup..." lance-t-il.

"En tant que personne. Je n’ai pas aimé qu’il demande à Mercedes de rendre la voiture noire. Pour moi ce fut une déception. A la place de Toto Wolff, je l’aurais fait en moitié, moitié blanc et moitié noir. Cela aurait été un message beaucoup plus efficace et positif. Plus intelligent. J’en ai marre que les gens alimentent le problème noir-blanc."

"L’important est que les gens soient éduqués. Ensuite, je n’aime pas la façon dont il s’habille, parfois ça me semble complètement bizarre. C’est sa façon de faire, bien sûr, chacun fait comme il pense. Il n’a pas besoin de se faire remarquer ou de prouver quoi que ce soit. Aussi parce que je ne comprends pas ce qu’il veut démontrer en s’habillant comme ça. Mais en tant que pilote, rien à dire."

Mercedes F1

Ferrari

Info Formule 1

Photos

Vidéos