Formule 1

Après Monaco, Gasly vise un deuxième résultat solide en centre-ville à Bakou

Le spécialiste des centres urbains ?

Recherche

Par Alexandre C.

1er juin 2021 - 11:19
Après Monaco, Gasly vise un deuxième (...)

Excellent 6e lors du dernier Grand Prix à Monaco, Pierre Gasly espérait même un peu plus de son dimanche princier, notamment avec une stratégie misant plus sur l’overcut, comme les Aston Martin F1 ou Sergio Pérez. Pour autant l’AlphaTauri a enfin marqué de gros points le dimanche, et c’est cette dynamique positive que retient le Normand avant son voyage à Bakou.

« Nous arrivons à la course de Bakou après ce qui a été un excellent week-end pour nous à Monaco, où j’étais toujours dans le top 10 à toutes les séances, puis sixième en qualification, ma meilleure de la saison ; c’était une très bonne performance. J’ai ensuite terminé sixième, en gardant Lewis derrière moi pendant toute la course. Pendant la course, vous ne pensez pas vraiment à qui conduit la voiture derrière vous, même si bien sûr je savais que c’était lui. Mais j’ai compris qu’il n’y avait vraiment aucun moyen pour lui de passer et que tout se jouerait lors de l’arrêt aux stands. Je devais juste me concentrer sur mon pilotage et l’équipe a aussi joué son rôle avec la stratégie pour le garder derrière. »

« Je suis donc satisfait, car il était important pour l’équipe de retrouver notre vrai niveau de performance et d’avoir un week-end propre, ce qui est compliqué à Monaco car c’est un circuit délicat. Mais nous y sommes parvenus et nous avons obtenu notre meilleur résultat de l’année jusqu’à présent. »

« C’était aussi très cool de courir à nouveau avec les fans sur le circuit, d’autant plus qu’il y avait beaucoup de Français car c’était Monaco, donc j’ai ressenti plus de soutien que d’habitude. C’était un vrai plaisir d’interagir un peu avec les fans, même si la foule n’était pas encore au complet. »

Que dire alors de Bakou ? Pour Pierre Gasly il s’agit d’abord d’un défi... logistique.

« Depuis, j’ai passé un peu de temps dans le simulateur au Royaume-Uni, puis je suis parti pour Bakou via Dubaï. C’est beaucoup de voyages mais c’est pour la bonne cause car nous nous dirigeons vers une partie de la saison très chargée. »

Sur le tracé en lui-même, Bakou est, comme Monaco, un circuit urbain. Cependant au niveau des réglages, c’est le jour et la nuit !

« Je dirais que Bakou est un circuit vraiment inhabituel et il a quelque chose en commun avec Monaco, c’est un circuit urbain, en centre-ville, donc ce n’est pas un circuit normal. Cela signifie que vous devez régler la voiture un peu différemment. On roule avec un appui aérodynamique beaucoup plus faible qu’à Monaco, et les virages sont beaucoup plus lents à Bakou, mais c’est similaire en termes d’adhérence et d’autres caractéristiques, et nous utiliserons à nouveau les pneus C5 les plus tendres. Le manque d’adhérence en surface et le faible appui aérodynamique font que le défi n’est pas simple et qu’il est difficile de trouver les meilleurs réglages pour la voiture avec la longue ligne droite. Dans cette ligne droite, les pneus et les freins perdent beaucoup de température et il y a d’autres facteurs à prendre en compte pour tirer le maximum de la voiture sur un tour et aussi en course. »

« J’aime bien le circuit, j’ai terminé deuxième en GP2 il y a quelques années, mais en F1, même si j’étais assez compétitif, j’ai toujours eu de la malchance, mais je compte bien changer cela cette semaine. J’espère que nous serons en mesure de réaliser une performance similaire ou même meilleure qu’à Monaco. »

AlphaTauri

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less