Formule 1

Albers ne s’inquiète pas pour les pneus à Zandvoort

Une situation bien différente d’Indianapolis 2005

Recherche

Par Emmanuel Touzot

4 décembre 2019 - 11:20
Albers ne s’inquiète pas pour les (...)

L’ancien pilote de Formule 1, Christijan Albers, ne comprend pas les inquiétudes autour du banking du circuit de Zandvoort, où se tiendra le Grand Prix des Pays-Bas à partir de l’année prochaine.

Le Néerlandais estime que les craintes de voir un nouvel Indianapolis 2005, où les voitures équipées de pneus Michelin s’étaient retirées avant le départ, ne sont pas fondées, car la situation est largement différente.

A l’époque, les deux Ferrari, les deux Jordan et les deux Minardi, dont une pilotée par lui, avaient été seules à prendre le départ car les pneus Michelin ne supportaient pas le nouvel asphalte du circuit américain.

"Cela me frappe que beaucoup de monde ait déjà une opinion toute faite, spécialement au sujet des deux virages relevés" a lancé Albers. "C’est difficile de juger en avance."

"L’avantage, aujourd’hui, est qu’il n’y a qu’un seul fournisseur de pneus, Pirelli, qui peut choisir quelles gommes apporter à chaque course. De mon temps, il y avait la bataille entre Michelin et Bridgestone."

Il félicite les organisateurs de l’événement, qui mettent en place un projet très populaire en s’appuyant notamment sur la cote de Max Verstappen auprès des Néerlandais.

"Une grosse quantité d’argent a été mise sur la table et plusieurs entrepreneurs ont décidé de s’y impliquer. Je dis chapeau bas pour cela. Sur de nombreux autres circuits, l’argent vient du gouvernement, donc c’est super cool pour les fans néerlandais."

"Ce sera un circuit sensationnel pour la Formule 1. Cela pourrait être une parade, car le circuit n’est pas très large, mais nous pourrons compter sur un Grand Prix très rude, et très tactique. A Zandvoort, il faut gérer des facteurs tels que le sable et le vent. Ce sera un grand week-end."

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less