Formule 1

Aileron déréglé, départ raté et erreurs : Verstappen se défend après son week-end en Turquie

Max répond aux critiques dans les médias

Recherche

Par Olivier Ferret

17 novembre 2020 - 09:07
Aileron déréglé, départ raté et erreurs (...)

Max Verstappen a été très critiqué dans les médias et par des fans de F1 sur les réseaux sociaux après son week-end en Turquie.

Le pilote Red Bull avait très bien commencé sur la piste glissante d’Istanbul avant de perdre pied en qualifications et multiplié les erreurs en course. A-t-il retrouvé certains de ses vieux démons ? Pas du tout selon lui.

Il a tenu à se défendre dans une interview télévisée, à commencer par son départ totalement raté.

"Nous avons vraiment eu un départ catastrophique, nous n’y arrivons pas quand il y a peu d’adhérence," admet Verstappen, qui accuse le Honda.

"Ce n’est pas une question de cartographie trop agressive comme j’ai pu l’entendre. Nous avons trop de vibrations de la part du moteur et donc nous avons plus de patinage des roues. Vous ne voyez pas cela sur un démarrage normal, car l’adhérence est assez élevée, mais sur des pistes comme celle-ci avec cet asphalte et de la pluie, ces problèmes remontent à la surface. Et cela a du coup déclenché l’anti-calage qui a fini de me scotcher ou presque."

Verstappen pointe ensuite une énorme erreur de son équipe, du côté de son garage.

"Tout s’est mal passé. Il s’est avéré que le réglage de mon aileron avant était complètement faux. D’un côté de l’aileron, nous avions sept degrés de moins que ce que j’aurais dû avoir. C’est vraiment beaucoup. Normalement, vous ajustez une aile par coup d’un degré ou un demi-degré ici ou là. Mais sept degrés, c’est beaucoup. Alors que pouvez-vous faire en tant que pilote ? Presque rien, cela ne fonctionne pas à cause de ça. J’avais énormément de sous-virage."

Quant au tête-à-queue en tentant de passer Sergio Perez, ce n’était pas de l’impatience...

"Je ne voulais même pas le dépasser à ce moment. Ce n’est pas que j’étais trop impatient ou quelque chose comme ça. Je ne pouvais rien faire à cet endroit. Mais il s’est loupé et je voulais juste rester derrière lui, mais soudain j’ai sous-viré hors de la piste et je suis parti en toupie. Ensuite, c’était plus ou moins fini, avec des plats sur mes pneus, à faire changer. Après cela, j’ai été coincé dans un petit train la plupart du temps."

"L’état de l’asphalte était également ridicule. Et avec une telle configuration de l’aileron avant, vous ne pouvez pas faire grand-chose en tant que pilote."

D’autres s’en sont pourtant bien sortis sur cet asphalte glissant...

"Oui, c’est possible, mais ce n’était pas du tout amusant de conduire. Je ne sais pas ce qu’ils ont fait avec cet asphalte, mais je n’ai jamais rien vu de tel de ma vie. Au final, c’est la même chose pour tout le monde, mais ça ne devrait pas exister en F1."

"En plus de l’asphalte glissant et très récent, il n’y avait qu’une seule trajectoire qui existait depuis le vendredi. Donc, s’il y avait une voiture devant vous, vous ne pouviez pas sortir de son sillage, où vous perdiez l’appui. Vous deviez juste rester derrière cette voiture tout le temps."

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less