Formule 1

Raikkonen et ses années Ferrari : 2016, la désillusion mais...

Il finit toutefois proche de Vettel au championnat

Recherche

Par Olivier Ferret

5 janvier 2019 - 18:01
Raikkonen et ses années Ferrari : (...)

Pour la manche inaugurale de la saison 2016, en Australie, Kimi Räikkönen réalise un excellent départ depuis la deuxième ligne et occupe la deuxième place dès le premier tour de course, derrière son coéquipier Sebastian Vettel ; il abandonne à cause d’un problème moteur à la mi-course.

À Bahreïn, il finit deuxième entre les deux pilotes Mercedes ; ce résultat lui permet de dépasser Ayrton Senna au classement des pilotes de Formule 1 par nombre de podiums. Il se classe provisoirement quatrième du championnat.

En Chine, le Finlandais, touché par son équipier lors du premier virage après une tentative de dépassement de la Red Bull de Daniil Kvyat, passe par les stands pour changer son aileron avant ; relégué en fond de classement, il remonte au fil des tours pour terminer cinquième.

Au Grand Prix de Russie, il franchit la ligne d’arrivée troisième derrière les Mercedes et obtient son deuxième podium de la saison, le 700e de son écurie.

Lors du Grand Prix d’Espagne, qui marque le début de la saison européenne, Räikkönen se qualifie en cinquième position. Le lendemain, grâce à une stratégie à deux arrêts et un bon rythme de course, il revient à une seconde du leader Max Verstappen mais ne parvient pas à le doubler et se classe deuxième. Il est à ce moment-là deuxième du championnat avec 61 points, à 39 points de Nico Rosberg.

Mais à Monaco, il tape le rail à l’épingle du Loews et abandonne quelques mètres plus loin et échange sa place de deuxième avec Lewis Hamilton. Au Canada, qualifié en sixième position, il termine le Grand Prix à la même place. Après une quatrième place pour le retour du Grand Prix d’Europe vient le Grand Prix d’Autriche, où, qualifié en sixième position, il bénéficie des pénalités de Rosberg et Vettel pour s’élancer quatrième ; le lendemain, il se classe troisième de l’épreuve après être revenu sur Max Verstappen en fin de course et signe son quatrième podium de la saison.

Le 8 juillet 2016, la Scuderia Ferrari annonce que le contrat de Kimi Räikkönen avec l’écurie de Maranello est prolongé d’une année supplémentaire. Deux jours plus tard, à Silverstone, il termine cinquième, nettement devant Vettel, neuvième, et en profite pour le repasser au championnat. Lors du Grand Prix de Hongrie, malgré un weekend difficile, il finit sixième, comme en Allemagne, et conserve sa quatrième place au championnat avant la pause estivale.

En Belgique, lors du départ, il percute son coéquipier après une manœuvre kamikaze de Max Verstappen à l’épingle de La Source. Il passe par les stands, repart dernier et remonte jusqu’à la neuvième place.

En Italie, à Singapour et en Malaisie, le Finlandais termine à chaque fois quatrième. Une semaine après la manche malaisienne, lors du Grand Prix du Japon, il est troisième des qualifications mais s’élance depuis la huitième position à cause d’une pénalité pour avoir changé sa boîte de vitesses et finit cinquième, derrière Sebastian Vettel.

Lors du Grand Prix des États-Unis, il abandonne après son arrêt au stand au 38e tour à cause d’un écrou de roue arrière mal serré, mettant fin à une série de onze Grands Prix consécutifs dans les points. Après une sixième place au Mexique, il abandonne sous la pluie brésilienne après être parti à la faute, puis termine encore sixième lors du dernier Grand Prix de la saison.

Au terme de la saison, Kimi Räikkönen termine sixième du championnat avec 186 points, à 26 points de son coéquipier, nettement moins qu’en 2015. S’il ne l’a pas devancé après deux saisons de cohabitation, beaucoup d’observateurs estiment que Räikkönen a retrouvé un niveau proche de son meilleur, à l’inverse des deux saisons précédentes.

Ferrari

expand_less