Motorsport

Monte Carlo, ES3 : Tänak signe son premier scratch avec la Yaris

Ogier toujours en tête, crevaison pour Neuville

Recherche

Par www.wrc.com

26 janvier 2018 - 10:07
Monte Carlo, ES3 : Tänak signe son (...)

Transfuge de l’équipe championne du monde en titre M-Sport Ford World Rally Team, Ott Tänak (Toyota Yaris) se montrait le plus rapide sur la première spéciale du jour entre Vitrolles et Oze (26,72 km).

Ce matin, des températures douces et des routes principalement sèches attendaient les concurrents. Ceux-ci optaient de préférence pour un panachage entre les pneus tendres et super tendres proposés par Michelin en attendant les averses prévues plus tard dans la journée autour de Gap.

À l’arrivée de l’ES3, Ott Tänak comptait 3’’9 d’avance sur Sébastien Ogier (Ford Fiesta), toujours leader du Rallye Monte-Carlo.

« C’était sec comme prévu au cœur de la spéciale », confiait l’Estonien. « C’était très dur, mais c’est allé. Nous sommes dans le coup. »

Premier à attaquer la spéciale, Sébastien Ogier devançait son équipier Elfyn Evans (Ford Fiesta) pour 1’’5. Le Français portait alors son avance à une demi-minute.

Auteur du quatrième temps, Dani Sordo (Hyundai i20) passait au deuxième rang suite à l’erreur de son partenaire Andreas Mikkelsen (Hyundai i20), désormais troisième du classement général à 4’’9 de l’Espagnol.

« J’ai tiré tout droit à un croisement et j’ai dû faire le tour », racontait le Norvégien qui pointait à 21’’5 d’Ott Tänak, désormais quatrième de l’épreuve. « Ce n’était pas très bon et la route était vraiment sale. »

Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) et Kris Meeke (Citroën C3) complétaient le top six de la spéciale malgré les plaintes du Finlandais concernant le sous-virage de sa voiture. Son temps lui permettait toutefois de rester sixième au général, juste derrière son équipier Esapekka Lappi (Toyota Yaris).

Thierry Neuville (Hyundai i20) continuait de vivre une entame de rallye difficile avec une crevaison à l’arrière gauche à dix kilomètres de l’arrivée. Craig Breen (Citroën C3) tapait une pierre avant de finir la spéciale sans frein et avec de l’huile s’échappant d’un tuyau endommagé près du pneu avant droit.

Au fil des passages, l’état des routes s’est dégradé avec un asphalte pollué par la boue et les pierres. De quoi offrir un avantage aux premiers s’étant élancés.

WRC

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less