Motorsport

Fred Mako au Mans : "J’ai tellement pris mon pied dans l’auto !"

Mako reste déçu du résultat final

Recherche

Par

30 juin 2011 - 10:37
Fred Mako au Mans : "J’ai tellement (...)

Cela faisait maintenant plusieurs années que Fred Mako faisait tout pour prendre part aux 24 Heures du Mans. Cela avait bien failli se faire en 2010, mais l’Aston Martin DBR9/HEXIS AMR n’avait pas été retenue par le Comité de Sélection. C’est donc en GT2 (GTE-Pro) que le Francilien a pris part à ses premières 24 Heures du Mans, au volant d’une Ferrari F458 Italia/Luxury Racing. Après une belle première partie de course où le trio Mako/Ortelli/Melo se maintenait sans difficulté sur le podium virtuel, la n°59 a abdiqué au petit matin sur un problème de capteur.

Laurent Mercier : Fred, quel bilan tires-tu de tes débuts au Mans ?

Fred Mako : « Je suis content et déçu à la fois. Le côté positif est que j’ai enfin pu rouler dans cette grande épreuve. De plus, nous étions en lice pour une place sur le podium, et pourquoi pas la victoire. On ne peut être que déçu du résultat, après notre beau début de course. C’est dommage car tout était réuni pour bien faire. »

Vous étiez partis sur un rythme plutôt conservateur ?

« Nous avions un planning sage en début de course. L’équipe avait fait le choix d’avoir une cartographie moteur « map dégradée » qui nous a permis de boucler deux tours de plus que nos principaux concurrents. Nous étions en mode « safe » et bien du côté des pneumatiques. Le soutien de Risi Competizione était bon et tout le monde a bien travaillé. Je pense que nous méritions mieux en essais qualificatifs, sans un problème d’extincteur, qui nous a empêché de disputer toutes nos chances le jeudi de 22h à 0h. Je pense sincèrement que le top trois était possible. »

Sur le côté ambiance, que retiens-tu de cette édition ?

« C’est bien plus que je ne pouvais me l’imaginer ! C’est vraiment magique. J’avais déjà eu un avant goût à Sebring, mais là c’est autre chose. Une autre dimension ! Tout est monté petit à petit au fil de la semaine. La Parade des Pilotes restera pour moi un grand moment. Malgré que ce soit ma première expérience mancelle, beaucoup de fans sont venus me voir et la plupart connaissait mon palmarès par cœur. C’est impressionnant ! Après la course, j’étais épuisé de toute l’adrénaline de la semaine. En fait, il n’y a pas de points négatifs. »

On sent de l’excitation dans tes propos. Vivement 2012 ?

« J’attends déjà ça avec impatience. C’est certain que je veux revenir en 2012 et m’imposer ! J’ai tellement pris mon pied dans l’auto. Toutes les parties du circuit sont intéressantes. J’ai apprécié les Virages Porsche ainsi que la ligne droite des Hunaudières, et ce malgré les chicanes. C’était une chance pour moi que de rouler au Mans chez Luxury Racing, qui plus est sur une Ferrari. »

Comment s’est passé l’association avec Jaime (Melo) et Risi Competizione ?

« On peut voir que Risi Competizione est une équipe très professionnelle. Nous avons tous beaucoup appris pour le futur. Ils ont une bonne philosophie de course. Quant à Jaime, j’ai aimé partager mon baquet avec lui. Nous avions le même feedback technique et la même position de conduite. J’espère bien rouler à nouveau avec lui à l’avenir. Avec Stéphane, nous commençons à bien nous connaître et l’entente est parfaite. Nous allons d’ailleurs poursuivre la saison ILMC à deux. »

Quel est l’objectif à Imola ?

« Déjà il faudra apprendre le tracé, mais je crois que c’est le cas de pas mal de pilotes. Il nous faudra faire une course pleine sans erreur. A Sebring, un bon résultat était jouable sans la casse du câble de boîte de vitesses. Nous pouvions sans aucun doute terminer dans le même tour que la voiture de tête. A Spa, nous étions en revanche trop en retrait avec une auto compliquée à piloter. J’espère bien que nous terminerons dans le quinté de tête à Imola, et même sur le podium. »

Propos recueillis par Laurent Mercier

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less