Motorsport

Des enseignements positifs pour IMSA Performance Matmut

Malgré le mauvais résultat du week-end

Recherche

Par Olivier Ferret

17 avril 2013 - 14:33
Des enseignements positifs pour (...)

IMSA Performance Matmut repart de Silverstone avec de modestes sixième (ELMS) et septième place (WEC) peu en rapport avec le niveau de performance affiché durant le week-end par l’équipe championne ELMS GTE-Am 2011 et 2012. Si le résultat brut n’est pas en rapport avec les objectifs, l’équipe a retiré plusieurs enseignements positifs de ce premier rendez-vous de la saison.

Samedi après-midi, se disputait la course ELMS. Patrice Milesi, parti huitième, prenait un bon départ et gagnait immédiatement deux places avant que le safety car n’entre une première fois en piste suite à la sortie de piste d’un LMPC.

Dès l’ouverture de la voie des stands, le champion VdeV 2012 rentrait afin de chausser les pneus pluies. Il réussira ensuite à passer au travers des embuches, et ramènera la n°67 à la sixième place à son équipier Wolf Henzler.

Tous les espoirs étaient alors permis pour l’équipe normande, le pilote officiel Porsche se retrouvant face à des pilotes amateurs bien moins expérimentés face aux conditions de plus en plus difficile.

Hélas, le pilote allemand n’effectuera pas le moindre tour en course, restant près de 40 minutes derrière le safety-car avant que l’organisateur n’arrête la course au drapeau rouge pour motif de sécurité.

Sans une météo capricieuse, l’équipage aurait donc pu prétendre à un meilleur résultat. A Imola, Wolf Henzler retenu en ALMS sera remplacé par un autre pilote officiel Porsche, l’américain Patrick Long.

Le dimanche pour la course du WEC, c’est sous un ciel plus clément que Jean-Karl Vernay prenait un excellent départ, et se retrouvait rapide- ment quatrième, restant au contact avec le tiercé de tête. Il cédait ensuite le volant à Raymond Narac qui ressortait troisième des stands grâce à la rapidité des mécaniciens IMSA. Un temps deuxième, le rouennais se faisait piéger par de l’huile laissée sur la piste suite à un contact entre deux concurrents. Le temps de rentrer au stand et de réparer, la 76 perdait un tour et tout espoir de podium.

Christophe Bourret prenait la suite et ne put que constater les dégâts avec une voiture devenue très sous-vireuse dans les parties rapides à cause de la perte d’éléments aérodynamiques. Les trois pilotes enchainaient ensuite les relais en utilisant au maximum leur monture blessée. Aux vues du niveau des teams engagés en GTE-Am,le temps perdu ne se rattrape pas et c’est à la septième place que la Porsche tricolore franchissait la ligne d’arrivée. Sans cet incident de course, nul doute que l’équipage aurait pu prétendre au podium.

Jean-Karl Vernay : « Je pense avoir franchi un nouveau palier pendant la course. J’ai tout donné lors de mon dernier relais, mais ça n’a pas suffi. L’équipe a fait un travail fantastique, nous avions les moyens d’obtenir un bon résultat, mais tout ne s’est pas enchainé parfaitement. C’est la course. »

Christophe Bourret : « Dès mon premier tour, j’ai compris que l’équilibre de l’auto avait été affecté par la sortie de piste. Il m’a fallu adapter mon pilotage pour essayer de compenser le manque d’appui sur le train avant. Notre ingénieur a su trouver les mots qu’il fallait pour me motiver. Je n’ai rien lâché. On a les moyens de bien faire et on sera dans le match à Spa ! »

Raymond Narac : « Quand j’ai pris mon premier relais, je n’étais pas en parfaite confiance avec l’auto mais les chronos étaient bons. Quand je suis arrivé dans Becketts, j’ai vu la piste changer de couleur, mais il était trop tard, je ne pouvais plus rien faire. J’ai servi d’alerte pour les autres derrière moi. Je suis déçu pour toute l’équipe, surtout que le potentiel est là. »

Patrice Milesi : « C’était Beyrouth en piste ! Je n’ai pensé qu’à une chose, ramener la voiture entière. A part un accrochage avec Nick Tandy (qui viendra élégamment s’excuser après son relais), ce fut mission accomplie. On avait une bonne stratégie, dommage que la météo en ait décidé autrement. »

Franck Rava (Team Manager) : « Les deux équipes ont fait du très bon travail dans des conditions difficiles. C’est dommage que la météo ne nous ait pas permis de nous exprimer pleinement en ELMS. En WEC, nous avions également notre carte à jouer et le podium était à notre portée, les Aston étant hors d’atteinte. Raymond est arrivé le premier sur une plaque d’huile, c’est la course. On va continuer à travailler, mais malgré le mauvais résultat du week-end, l’équipe est dans la bonne direction »

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less