Formule 1

Williams ne sait pas à quoi s’attendre à Monaco

Un week-end difficile, mais à quel point ?

Recherche

Par Emmanuel Touzot

21 mai 2019 - 16:08
Williams ne sait pas à quoi s'attendre à

Williams a quelque peu fait évoluer sa monoplace lors des dernières semaines et va désormais tenter de relever le défi de Monaco avec un châssis qui n’est clairement pas le plus performant, sur un circuit où la maniabilité de la voiture est essentielle.

"Monaco est toujours l’un des points phares du calendrier de la F1" explique Dave Robson, responsable de l’ingénierie en piste. "Mais c’est aussi un défi pour les pilotes et les ingénieurs, et les alentours et l’ambiance en font une course unique appréciable."

Williams ne sait pas si les essais de Barcelone lui permettront d’avoir une voiture plus performante : "A la suite de la course et des tests à Barcelone, nous pensons avoir amélioré la performance de la FW42 et augmenté notre compréhension de la voiture et des pneus. Que cela se voit ou non à Monaco, ce n’est pas sûr à cause de la nature unique du circuit et du climat local imprévisible."

"Toutefois, nous regardons plus loin que le défi représenté par Monaco sachant que nous devrons faire des changements sur la voiture pour aller avec ce circuit et sachant comme il est important de développer la confiance des pilotes pendant le week-end. Nous savons aussi que Monaco peut amener de belles surprises et nous serons prêt à user notre fiabilité et nos performances lors des arrêts aux stands pour exploiter toutes les opportunités qui se présenteront."

Pour Robert Kubica, le défi dans les rues étroites sera de taille, lui qui souffre d’un handicap au bras : "Monaco est un circuit plein de défis. Je me souviens des rues étroites, et maintenant les voitures sont plus larges et plus grosses, ça va être dur."

"C’est une course spéciale, une très différente des autres du calendrier F1. Déjà dans l’année, nous avons eu une course urbaine à Bakou avec des murs proches et des barrières, mais Monaco a différentes caractéristiques et j’ai hâte d’y conduire."

Du côté de George Russell, les souvenirs de Monaco ne sont pas bons, mais il espère en avoir d’autres positifs : "Monaco est un circuit et un endroit iconique du calendrier F1. Ce sera un privilège de conduire encore dans ces rues. L’année dernière en F2 ça a été mon pire week-end de l’année, donc j’espère faire un meilleur boulot cette année."

Williams F1

expand_less