Formule 1

Stewart pense que la mort de Lauda ne va pas perturber Hamilton

Les pilotes savent faire abstraction au volant

Recherche

Par Emmanuel Touzot

24 mai 2019 - 15:47
Stewart pense que la mort de Lauda (...)

Lewis Hamilton n’était pas présent en conférence de presse mercredi suite au décès de Niki Lauda, ce qui a d’ailleurs déclenché les foudres de l’ancien pilote John Watson. Selon un autre pilote, Jackie Stewart, Hamilton va piloter ce week-end comme si rien ne s’était passé.

Il estime que la gestion de l’esprit est cruciale et que son compatriote va y parvenir ce week-end dans les rues de Monaco. Stewart explique avoir vécu avec des pertes humaines régulières durant toute sa carrière.

"J’ai vécu avec la gestion mentale et je pense que c’est la raison pour laquelle je suis en vie aujourd’hui" a déclaré l’Écossais. "De mon temps, il y avait tant de morts. À un moment donné, un sur trois d’entre nous mourait chaque saison."

"J’ai perdu 57 personnes qui étaient mes amis. À cette époque, il fallait gérer ça mentalement de façon très stricte. Je pense que Lewis va gérer ça exactement de la même façon que je l’aurais fait."

Il rappelle que la concentration obligatoire pour maîtriser une monoplace de Formule 1 sur un circuit, et a fortiori Monaco, oblige à ne penser à rien du tout et à se focaliser sur le devoir qui attend le pilote.

"Quand vous entrez dans le cockpit et que les lumières s’éteignent, vous êtes un pilote de course et conduisez une voiture qui est la chose la plus sophistiquée de l’ingénierie automobile dans le monde. Pour trouver cette limite, Lewis Hamilton est tout à fait capable de faire ça ce week-end en qualifications et en course."

Stewart rappelle une anecdote terrible : à Monza en 1970, les pilotes ont dû reprendre le volant 45 minutes après le décès d’un des leurs, Jochen Rindt, qui deviendrait quelques semaines plus tard le seul champion du monde de l’Histoire à titre posthume.

"Je ne l’oublierai jamais pour le reste de ma vie. Je pleurais quand je suis monté dans la voiture, et j’ai pleuré quand je suis sorti de la voiture, mais j’ai fait le tour le plus rapide que j’aie jamais fait à Monza. Les médias ont dit que c’était un désir de mort, mais ce n’était pas le cas."

"C’était juste pour retirer ce point négatif de mon esprit. Mais c’est revenu dès que la voiture a été arrêtée. Ce n’est pas être égoïste, indifférent, c’est juste qu’il y a un travail à faire et qu’on le fait. Et je pense que Lewis Hamilton a toutes les compétences et le talent pour faire la même chose."

Mercedes

expand_less