Formule 1

‘Nous nous rapprochons de la 9e place’, assure Claire Williams

Une évolution ‘significative’ attendue pour l’été

Recherche

Par A. Combralier

24 mai 2019 - 15:15
‘Nous nous rapprochons de la 9e (...)

La Williams de Robert Kubica pointait à 4 secondes de la Mercedes de Lewis Hamilton, en EL2, hier à Monaco. Un gouffre, sur un circuit aussi court.

Pour autant, en qualifications à Barcelone, la Williams s’était rapprochée du reste du peloton. Que faut-il comprendre ? Williams est-elle en progrès ou non ? Un espoir de recoller aux autres écuries est-il réaliste ?

« Ce n’était pas le début de saison envisagé » a reconnu Claire Williams.

« Mais nous l’avions anticipé. Je sens vraiment que nous pouvons maintenant voir un peu de lumière au bout du tunnel, et sur la feuille des temps à Barcelone, nous avons montré que nous réduisions l’écart. Oui, c’est lent, mais nous savons tous que cela prend du temps avant de rendre une voiture plus performante. Il y a vraiment du bon travail qui est abattu à l’usine, un travail que les gens ne voient pas nécessairement encore. L’équipe aérodynamique fait un travail formidable pour trouver de la performance en soufflerie, et nous allons amener, lors des prochaines courses et des prochains mois, un package, vers le milieu de la saison disons, qui, nous l’espérons, amènera un gain de performance significatif. »

« Oui, il y a vraiment des signes de progrès. Il y a une certaine positivité dans l’équipe pour le moment. Le moral est toujours bon. »

Perdu pour perdu, le développement de Williams ne devrait-il pas tout de même se concentrer plutôt sur la voiture de l’an prochain, voire sur celle de 2021 (date d’entrée en vigueur du nouveau règlement) ?

« Non, nous ne prenons rien pour perdu définitivement chez Williams, jamais » rétorque la fille du fondateur. « Ce n’est pas notre état d’esprit. Pour le moment, nous nous penchons vraiment sur 2019 et 2020, puisque l’an prochain, ce sera juste une évolution du règlement, et il nous faut poursuivre le travail de développement que nous menons aujourd’hui, pour continuer à amener de la performance à chaque course. Nous l’avons fait, cela s’est vu. Nous réduisons l’écart par rapport à la 9e place et il nous faut continuer comme cela tout le long de la saison. »

« Nous regardons, bien sûr, à quoi ressemblera 2020 du point de vue du développement de la voiture, comment concentrer nos ressources et notre attention sur l’an prochain, pour nous assurer de connaître une bien meilleure année, faire un bien meilleur boulot. »

« Et oui, il faut avoir un œil sur 2021, s’assurer que nous ayons les bonnes ressources en place, pour tirer avantage de cette situation. Clairement, 2021 pourrait être une opportunité formidable pour nous, avec les budgets plafonnés qui arrivent et le tout nouveau règlement. »

En parallèle à ces actions en coulisses à l’usine, Williams a également annoncé le recrutement de Jamie Chadwick comme pilote de développement. La jeune pilote a affiché des performances plutôt encourageantes dans le championnat féminin, les W Series.

« Nous sommes ravis de l’avoir avec nous. Elle a gagné la première course des W Series et a connu un autre bon week-end à Zolder. Elle fera du travail en simulateur, sera pleinement immergée dans l’usine, travaillera avec les ingénieurs, ce qui l’aidera dans sa saison et aidera aussi à promouvoir les femmes dans le sport auto. J’espère qu’elle pourra ainsi élever son niveau de compétitivité. Pour le moment, elle ne fera que du travail en simulateur, elle se rendra sur quelques courses avec nous, pour voir l’équipe de piste, comment nous opérons en F1. La mettre dans une F1 ? Pour le moment, il n’y a pas de plan en ce sens. »

Williams F1

expand_less