Formule 1

Sans gel moteur, Red Bull va ‘reconsidérer radicalement’ son avenir en F1 pour Marko

Un vote des équipes pour en décider lundi

Recherche

Par Alexandre C.

21 janvier 2021 - 16:50
Sans gel moteur, Red Bull va ‘reconsidére

Red Bull a donc, comme nous vous l’annoncions plus tôt, trouvé un accord avec Honda, pour continuer à utiliser l’unité de puissance japonaise même après le retrait officiel du motoriste, à la fin de cette saison.

Mais il y a une condition à cette reprise du programme moteur par Milton Keynes, à compter de 2022 : la F1 doit avaliser un gel des moteurs, pour stabiliser les performances de chaque unité de puissance ; ainsi, Red Bull n’aura pas à dépenser des lourdes sommes pour rester dans la course à la compétitivité.

Les moteurs ont certes atteint leur maturité globalement, ce qui rendrait possible un gel ; et l’arrivée de la prochaine génération d’unité de puissance, qui concentrera les coûts, pourrait faciliter la perspective d’un gel pour le moment, afin d’économiser des millions de dollars.

Mais Ferrari, en retard sur les moteurs, acceptera-t-elle ce gel ?

Un vote des équipes devrait se tenir ce lundi, sous forme électronique, pour décider d’introduire ce gel moteur à partir de la première course de la saison 2022. Ainsi si ce gel est adopté, Red Bull aura gain de cause. Durant toute l’année 2021, les motoristes, dont Honda, pourront par ailleurs continuer leur développement.

Les règles stipulent qu’une majorité simple des votes suffit pour modifier le règlement sur l’unité de puissance. Il y a 34 votes en tout : 10 pour la FIA, 10 pour la FOM, 1 pour chaque équipe (10 voix) et 1 vote pour chaque motoriste (Honda, Renault, Ferrari et Mercedes).

Une simple opposition des équipes Ferrari pourrait donc ne pas suffire à refuser le gel des moteurs.

Une solution alternative, proposée précédemment par Red Bull, pourrait être explorée : une convergence progressive des performances moteur. Mais Mercedes, qui mène la danse, aura forcément à y perdre. Si une convergence était décidée, elle pourrait être atteinte en jouant sur les débits de carburant autorisés.

Et si le vote du gel était refusé ? Selon les règles de la FIA, le motoriste fournissant le moins d’équipes (Renault) devrait, obligatoirement, fournir Red Bull (et AlphaTauri). Ce serait cocasse et ironique…

A quelques jours du vote, Helmut Marko a donc mis la pression sur ses homologues. En avançant la question des coûts, et non l’intérêt propre de Red Bull.

« Nous avons une limite de coût. Nous parlons également de réduire les salaires des pilotes. Investir encore plus dans les moteurs n’a plus aucun sens. »

En cas de refus, Marko menace déjà : Red Bull pourrait quitter la F1, AlphaTauri aussi...

« Cela signifierait que Red Bull devrait reconsidérer radicalement sa place en Formule 1. Ce n’est pas du chantage. Par pur bon sens et pour des raisons de coûts, le gel des moteurs est la seule façon de progresser avec ces sources d’énergie. »

N’y a-t-il donc pas de plan B à Milton Keynes ? « Non, il n’en y a pas » conclut Helmut Marko.

Rendez-vous lundi donc…

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less