Ricciardo ne handicape pas McLaren F1 dans son développement

Seidl salue les retours techniques de l’Australien

Recherche

Par Emmanuel Touzot

17 août 2022 - 14:18
Ricciardo ne handicape pas McLaren (...)

Les difficultés de Daniel Ricciardo cette année n’ont pas handicapé McLaren, assure le directeur de l’équipe. Andreas Seidl confirme que les retours du pilote australien sont en adéquation avec ceux de Lando Norris.

"Je dirais que le développement d’une voiture de Formule 1 est toujours guidé par une combinaison de données et d’analyses de données, mais aussi par le retour d’informations des pilotes, afin de comprendre leurs limites pour aller plus vite" a déclaré Seidl.

"En ce qui concerne le retour d’information que nous recevons de nos deux pilotes, Lando et Daniel, il n’est pas si différent en ce qui concerne les limites qu’ils ressentent de notre voiture. Je ne dirais pas que c’est un problème."

"Il est clair que si vous regardez comment la saison s’est déroulée jusqu’à présent avec Daniel, il est déçu et nous le sommes aussi. Mais au final, la frustration ou la déception ne vous aide pas à progresser. La chose la plus importante est de continuer avec une ambition claire pour que cela fonctionne."

Une évolution toujours prévue après la pause

McLaren a amené une évolution importante au Grand Prix de France, mais Seidl assure que cela n’empêchera pas la MCL36 de recevoir de nouvelles pièces après la pause estivale, pour tenter d’enregistrer encore des progrès avant la fin de saison.

"Nous devons juste décider maintenant, après avoir également clarifié la question du plafond des coûts, comment se présente le reste de la saison, mais il a toujours été prévu d’avoir une évolution avant la pause estivale."

"Si vous regardez les délais de livraison de ces pièces, cela a toujours fait partie du plan de développement que nous avions mis en place. Il s’agissait plutôt de s’assurer qu’au moment où nous validions cet ensemble, nous en tirions suffisamment de bénéfices par rapport à l’argent que nous avions dépensé."

"C’est pourquoi nous avons choisi la France en termes de timing par rapport à certaines équipes qui ont apporté certaines pièces plus tôt. Nous savons où nous en sommes maintenant en termes de plafond des coûts à la fin de l’année, donc nous savons maintenant avec quoi nous devons travailler."

"Maintenant, nous allons prendre nos décisions sur la façon dont le reste de l’année se présentera et quand nous passerons complètement à la voiture de l’année prochaine."

McLaren

Info Formule 1

Photos

Vidéos