Formule 1

Raikkonen ne voit plus de vraies différences entre les V6 turbos et les V8

En termes de pilotage, c’est devenu très semblable

Recherche

Par Olivier Ferret

7 avril 2019 - 11:33
Raikkonen ne voit plus de vraies (...)

La Formule 1 est passé à l’ère hybride complexe en 2014, avec l’arrivée des V6 turbos dotés du MGU-K (évolution du KERS introduit en 2009) et du MGU-H.

Ces systèmes de récupération d’énergie (au freinage et au turbo) ont rendu les moteurs peu faciles à dompter au début. Puis, peu à peu, les motoristes ont su les développer pour lisser leur fonctionnement.

Kimi Raikkonen, pilote Alfa Romeo Racing aujourd’hui, estime même qu’ils sont maintenant devenus très similaires en termes d’exploitation que les V8 atmosphériques, qui étaient technologiquement bien moins avancés et puissants.

"Quand on est passé des règles de 2013 à 2014, tout était nouveau et tout fonctionnait de manière différente. Les Formule 1 sont aujourd’hui des machines très, très complexes."

"Au début, c’était difficile de maitriser ces moteurs. Aujourd’hui, tout fonctionne en harmonie. Ce n’est pas différent, la plupart du temps, pour le pilotage qu’au temps des V8."

Le Finlandais admet que le principal progrès réside "dans les cartographies développées par les motoristes. C’est le fonctionnement de l’électronique et de l’ensemble des systèmes qui a le plus progressé. Bien sûr nous avons plus de puissance qu’il y a 5 ans mais ce n’est pas là qu’on ressent les plus gros progrès en termes de pilotage."

Raikkonen n’a toutefois connu qu’un seul V6, celui de Ferrari, de 2014 à aujourd’hui.

"Il est clair que Ferrari était alors très loin du niveau que nous avons atteint l’an dernier. Le moteur était assez faible dans beaucoup de domaines (face au Mercedes). Et c’était donc bien loin de ce que nous avions en 2013, avec les V8, en termes de fluidité de fonctionnement. Il a fallu des années pour en arriver là avec les V8, c’est normal que ça prenne autant de temps avec les V6."

Selon le Finlandais, la Formule 1 n’a pas de quoi regretter les V8.

"A part le son qui est différent, ces moteurs sont bien meilleurs et ils se font presque oublier maintenant en termes de pilotage. Comme c’était le cas en 2013."

Alfa Romeo Racing

expand_less