Formule 1

Mercedes ne craint plus Ferrari et Red Bull mais ne baisse pas le rythme

Seul un dur labeur paiera

Recherche

Par Emmanuel Touzot

13 mai 2019 - 09:01
Mercedes ne craint plus Ferrari et (...)

Le discours alarmiste de Toto Wolff ne cesse, fort logiquement, de s’édulcorer au fil des courses de cette saison 2019. L’Autrichien ne peut que constater la force de son équipe, qui vient de survoler le week-end espagnol, cinquième manche du championnat du monde. Il reconnaît que Mercedes ne craint plus ses rivales.

"Aucune peur" assure Wolff. "Ferrari et Red Bull ont les ressources et les outils qui pourraient les faire rebondir. Nous avons vu un week-end à Barcelone qui était probablement l’un des plus forts que nous ayons eu depuis sept ans, mais nous ne savons pas quoi en penser."

"Si Ferrari fait un très bon week-end à Monaco, tout le monde écrira que ça arrête Mercedes et la domination de Mercedes cette année. Nous savons que la prochaine course sera un gros défi pour nous. Nous devons prendre cette saison une course après l’autre et tout le monde travaille déjà à fond pour Monaco."

S’il est toujours étonné de voir la différence de performance des monoplaces entre les essais hivernaux et ce week-end, il pense aussi que le concept de Mercedes, qui a misé sur un aileron avant avec moins d’outwash, et donc plus d’appui, paie davantage que celui de Ferrari.

"Si vous voyez qui était en tête cet hiver, c’est différent de qui l’était ce week-end, et c’est pareil dans le peloton. Ce sont deux concepts aérodynamiques différents et peut-être qu’il y a une part de vérité dans chacun, mais il n’y a jamais une seule question et une seule réponse en Formule 1."

"Il n’y a pas un seul élément clé qui justifie une bonne ou une mauvaise performance. Je crois qu’il s’agit de développer la voiture, de garder la courbe de développement élevée, et nous essaierons d’ajouter de la performance de week-end en week-end à l’usine, ce qui inclut le matériel et son exploitation, mais aussi la compréhension de la voiture et des pneus."

Enfin, Wolff a tenu à rendre hommage à Dieter Zetsche, PDG et président du Conseil d’administration de Mercedes, dont c’était le dernier Grand Prix à ce poste : "Peu de PDG ont donné une telle force à un groupe de personnes comme il a réussi à le faire, il nous a fait confiance pour représenter cette marque fantastique et nous le faisons avec une grande fierté."

"Dieter a traversé une véritable tornade durant les premières années de notre retour dans la discipline mais il a tenu à rester en Formule 1. C’était génial de le voir sur le podium ici, il mérite complètement cela puisqu’il en a posé les fondations."

Mercedes

expand_less