Formule 1

Les nouveaux Pirelli, un défi qu’Allison est prêt à relever avec Mercedes F1

Il s’exprime aussi sur la réduction des essais hivernaux

Recherche

Par Alexandre C.

2 mars 2021 - 15:33
Les nouveaux Pirelli, un défi qu’Allison

Une nouveauté aérodynamique d’importance pour le règlement 2021 concerne les entailles au niveau du fond plat. Une autre nouveauté importante est aussi l’introduction des Pirelli 2021, censés être plus robustes mais aussi un peu plus lents...

N’est-ce pas un risque pour Mercedes qui maîtrisait tant les pneus précédents ? James Allison est revenu sur ces changements à l’occasion de la présentation de la W12.

Il comprend tout d’abord les raisons expliquant l’arrivée de ces nouveaux pneus…

« Le programme de développement de pneus de Pirelli pour 2019 visait à améliorer la durabilité des pneus. Les équipes ont testé certaines propositions en 2019, mais ont finalement rejeté ce qui leur était proposé. En conséquence, nous sommes arrivés en 2020 avec un pneu de deux ans dans un contexte de performances toujours plus élevées des voitures. Il n’est donc pas surprenant que le pneu ait atteint l’année dernière la limite de ses capacités. »

« Pirelli a réagi en produisant un nouveau pneu de course pour 2021 - malgré le fait qu’ils aient été fortement limités par le manque de tests en cours de saison en cette année affectée par le COVID. »

Quels nouveaux défis poseront ces pneus, surtout pour une équipe qui maîtrisait tant les Pirelli précédents ?

« Le pneu est un peu plus lent, en raison du compromis pour une plus grande durabilité, mais il est constant et devrait nous permettre de rouler sans problème. Il sera toutefois un facteur de compétitivité intéressant en 2021. »

« Chaque fois qu’un pneu change, c’est toujours une course d’apprentissage entre les équipes pour trouver sa bonne fenêtre de fonctionnement - là où le nouveau pneu donne ses meilleures performances. Toutes les équipes ont essayé le pneu, mais aucune d’entre nous ne l’a testé en longueur, avec beaucoup de tests et d’exposition. »

« Les essais d’avant-saison n’étant que de trois jours, nous n’aurons qu’une occasion limitée de nous familiariser avec le nouveau pneu avant le début de la course. C’est donc une perspective très intéressante et nous sommes impatients de nous mettre en piste et d’essayer de découvrir ce qui fait performer au mieux le pneu. »

Justement donc, les essais hivernaux sont donc réduits à 3 jours seulement. Avec quelles conséquences selon James Allison ? N’est-il pas trop inquiet de voir ce temps de roulage être drastiquement réduit ?

« Si nous étions en 2022, nous serions un peu plus inquiets à l’idée de ne passer que trois jours en piste, mais le fait que de nombreux systèmes sous la carrosserie restent les mêmes signifie que si nous sommes en bonne forme, nous n’aurons pas besoin de passer autant d’essais hivernaux à accumuler du kilométrage que nous le ferions normalement. Et cela nous permettra de gagner du temps dans les recherches sur les performances et l’apprentissage des pneus. Si nous avons fabriqué une voiture fiable, nous nous en tirerons bien avec trois jours d’essais. Si nous avons échoué sur un ou plusieurs des principaux systèmes de la voiture, nous risquons de devoir rattraper notre retard toute l’année. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less