Formule 1

La Williams est moins imprévisible que sa devancière

Mais elle n’est pas plus rapide pour autant

Recherche

Par Emmanuel Touzot

7 avril 2019 - 09:56
La Williams est moins imprévisible (...)

Robert Kubica était pilote d’essais pour Williams l’an dernier et reste donc actuellement la seule référence pour l’équipe, afin de faire la différence entre les problèmes rencontrés en 2018 et ceux qui frappent l’équipe cette année. Selon lui, la différence se situe dans la compréhension de ces problèmes.

"D’une certaine manière, il est plus simple de résoudre les problèmes et on sait où ils se situent" lance le Polonais. "L’an dernier, c’était plus compliqué, les limites de la voiture changeaient et elle était très inconstante."

"Mais d’un autre côté, c’est difficile de changer quelque chose en quelques mois quand on arrive avec ça, c’est difficile car nous avons des difficultés à créer du grip, à en donner à la voiture, ainsi que l’appui, et il y a une raison à cela, mais il faut réussir à trouver d’autres idées pour débloquer ces améliorations. Nous devons nous assurer que ça arrive au plus tôt."

Selon lui, la situation n’est plus la même : "L’an dernier, les problèmes étaient très différents et compliqués à prédire. C’était un plus gros choc de savoir pourquoi nous avons eu tant de difficultés, mais il y avait des virages où ça allait mieux, et la voiture était plutôt compétitive."

Malheureusement, la base plus saine n’est pas forcément plus rapide et avant la saison, Kubica craignait que Williams ne soit encore plus en retard sur les autres, si le déficit lié au nouveau règlement n’était pas aussi important que prévu : "Je ne m’attendais pas à subir les autres problèmes auxquels nous avons fait face à Barcelone."

"D’un point de vue de la performance, je dirais que c’est la même chose que ce à quoi nous nous attendions en soufflerie. Mais on ne sait jamais non plus ce que feront les autres. On s’est dit que si les autres gardaient les mêmes performances que l’année dernière, nous serions bien plus en retard selon nos données et nos simulations. Et c’est plus ou moins ce qu’il s’est passé."

Williams F1

expand_less