La FIA agit de manière brutale et ‘absurde’ pour Horner et Marko

Le marsouinage remonte aussi Alpine et Aston Martin

Recherche

Par Alexandre C.

18 juin 2022 - 12:48
La FIA agit de manière brutale et (...)

On dirait que nous sommes revenus en 2021… voila que Christian Horner et Toto Wolff s’écharpent de nouveau via déclarations interposées sur un point de règlement, en l’occurence, sur l’action forte de la FIA pour limiter le marsouinage et ses conséquences sur la santé des pilotes.

Christian Horner est opposé à cette intervention et a tout simplement milité pour que les voitures ayant trop de marsouinage (au hasard, Mercedes), soient l’objet d’un drapeau noir (voir notre article).

Le directeur de Milton Keynes a aussi attaqué sur le fond la méthode de la FIA pour mesurer le marsouinage (mesure des métriques d’accélération verticale).

La formule mathématique complète est encore en cours d’élaboration, ce qui n’empêche pas Christian Horner d’avoir déjà sa propre conclusion…

« La FIA - on peut comprendre que la sécurité soit leur principale préoccupation, mais lâcher une directive technique comme celle-là alors que nous entrons dans un week-end, sans aucune consultation... ce n’est pas la bonne façon de faire les choses. »

« Il doit y avoir une consultation appropriée avec les experts. Une solution peut être trouvée. »

« C’est très dangereux de donner à la FIA le droit de régler la hauteur de votre suspension arrière et vos réglages avant une course. Que se passe-t-il si le vent change pendant la course ? Que se passe-t-il si le marsouinage s’aggrave pour une raison quelconque, sur la base de la ligne de base qu’ils donnent ? »

« C’est donc la métrique qui est choisie pour appliquer ce règlement - c’est ce qui doit être discuté. L’intention est très bien, mais elle n’a pas été introduite de la bonne manière. »

De nouveau, Christian Horner dénonce une injustice : pourquoi punir toutes les équipes alors que certaines sont plus affectées que d’autre par le marsouinage ?

« Il y a tellement de choses qu’ils pourraient faire qui seraient plus faciles. Coller une plus grande planche en bois sous le plancher de la voiture, par exemple. Ça ferait décoller les voitures du sol. Essayer d’atténuer, de juger entre une voiture et une autre... peut-être que nous en profiterons [du point de vue de la performance], peut-être pas ; je n’en ai aucune idée. »

« Mais cela semble être une façon très compliquée de résoudre un problème. Ce n’est pas un problème qui affecte toutes les équipes. Je pense que c’est aux équipes qu’il revient de régler le problème. Il y a un ensemble de règlements qui sont cohérents pour tout le monde là-bas. »

Le son de cloche est sans surprise le même, avec plus encore de franc-parler, du côté du docteur Marko...

« C’est complètement absurde. Si certaines équipes ne sont pas capables de faire face au règlement, cela ne signifie pas que le règlement doit être changé ou que la FIA doit mettre son nez dans les réglages. Il suffit d’élever la voiture et de la faire rouler plus haut - c’est tout. »

Alpine et Aston Martin F1 désemparées

Mais ne réduisons pas la fronde des équipes à la seule localité de Milton Keynes.

Chez Alpine (autre équipe qui souffre peu du marsouinage), le directeur d’écurie Otmar Szafnauer ne comprend pas non plus.

« Je ne pense pas que nous puissions commencer à introduire des règles au milieu de la saison qui conviennent à une équipe et pas à une autre. »

« Ce n’est pas une tâche facile, ce sera difficile. Et je comprends aussi que cela puisse être spécifique à un circuit. Alors comment déterminer rapidement cela avant d’arriver sur un site, afin de pouvoir planifier ? Il est encore tôt, je veux dire, nous essayons tous, nous serons utiles à la FIA. Nous devons nous assurer que ce soit juste pour tout le monde, et que le terrain de jeu reste égal. »

« Nous n’avons aucune idée de la façon de procéder » bafouille pour sa part Andy Stevenson, directeur sportif d’Aston Martin.

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos