La F1 assure qu’elle ne sacrifiera pas l’Europe pour l’Asie ou l’Afrique

Mais confirme son intérêt pour Kyalami

Recherche

Par Alexandre C.

29 mai 2022 - 13:45
La F1 assure qu'elle ne sacrifiera

La F1 veut continuer son expansion dans le monde : aux États-Unis, l’arrivée de Miami et de Las Vegas y contribue fortement ; l’Asie est également une cible prioritaire ; et enfin, l’Afrique attend toujours son Grand Prix.

Kyalami en Afrique du Sud est en pole position pour accueillir une course, en dépit des difficultés

La F1 en Afrique est bien une priorité : c’est ce que la FOM a encore confirmé en marge du Grand Prix de Monaco, par la voix de sa directrice chargée des relations avec les promoteurs, Chloe Targett-Adams.

« Nous sommes un sport mondial... Prendre pied en Afrique est quelque chose sur lequel nous travaillons depuis de nombreuses années maintenant. »

« Le Covid nous a montré que nous pouvons courir rapidement dans un pays, mais pour arriver là où nous voulons être stratégiquement, pour construire le sport et la base de fans, c’est un processus de deux ans. »

« Les États-Unis sont toujours dans notre ligne de mire, et l’Afrique et l’Asie, je pense que c’est là que nous devons être. »

« Si vous regardez la Chine, avec la façon dont le Covid s’est déroulé, nous sommes sortis de ce marché depuis bientôt trois ans, et l’année prochaine reste un point d’interrogation. »

La question se pose néanmoins : faudra-t-il sacrifier des Grands Prix en Europe au profit de Grands Prix en Asie, Afrique et Amérique ?

Le sujet est déjà sur la table puisque le Paul Ricard chercherait à sauver sa peau en acceptant d’avoir un Grand Prix une année sur deux (voir notre article).

Chloe Targett-Adams botte ainsi en touche sur le sujet...

« La façon dont nous courons en Europe est aussi une grande question : s’assurer que nous gardions vraiment le cœur de notre sport. »

« Mais c’est une position merveilleuse parce que tout le monde veut une course. Cela nous donne la meilleure opportunité de créer le calendrier le plus stratégiquement ciblé et le plus porteur de croissance que nous ayons pu faire depuis de très nombreuses années. »

Domenicali rassure les Européens

Pour les Européens, le ton de Stefano Domenicali, le PDG de Liberty Media, s’est fait plus conciliant et rassurant. Il assure que la F1 gardera au cœur de son ADN, et du calendrier, les Grand Prix sur le Vieux continent.

« Il y a des régions du monde qui veulent avoir la Formule 1, et l’une des régions que nous voulons développer est la région africaine. Nous sommes un championnat mondial, et c’est une région où nous ne sommes pas présents. »

« Nous travaillons très dur pour assurer ce scénario, avoir un Grand Prix bientôt en Afrique, et puis il y a l’intérêt de l’Extrême-Orient. Mais nous ne voulons pas perdre l’intérêt de l’Europe, bien sûr. Nous sommes nés ici, et nous resterons ici. »

« J’entends beaucoup de propos qui ne sont pas vrais. Je veux dire, la beauté de la situation dans laquelle nous vivons aujourd’hui est que nous avons beaucoup d’options. Et nous allons prendre la bonne décision, en pensant à la stratégie, en pensant à l’ADN du sport, en pensant à la façon dont chaque promoteur veut s’impliquer avec nous. »

F1 - FOM - Liberty Media

Info Formule 1

Photos

Vidéos