Formule 1

La directive technique et les contre-mesures FIA/Pirelli laissent Horner sceptique…

Tost soulève le problème des couvertures chauffantes

Recherche

Par Alexandre C.

18 juin 2021 - 15:31
La directive technique et les (...)

Après la conférence de presse hier de Mario Isola sur les explosions de pneus à Bakou, ayant affecté Max Verstappen et Lance Stroll, il a été suggéré que Red Bull et Aston Martin F1 auraient pu éventuellement contourner, pendant la course, les pressions minimales imposées par le manufacturier.

C’est ce qu’a suggéré, prudemment, Mario Isola, provoquant alors un contre-communiqué d’Aston Martin F1 niant toute implication possible.

Pour couper court aux polémiques au Paul Ricard, Pirelli a relevé de 2 psi les pressions minimales. En outre, Mario Isola a regretté l’absence de capteurs standardisés sur chaque monoplace, les capteurs des équipes étant la seule source d’information possible.

Pour ce week-end une directive technique de 18 pages a été publiée par la FIA, renforçant les contrôles.

Interrogé sur ces sujets, Christian Horner, le directeur d’écurie à Milton Keynes, a confirmé que Red Bull n’avait enfreint aucune règle. Est-il satisfait par les contre-mesures de ce week-end au Paul Ricard ? pas vraiment…

« Tout d’abord, nous sommes heureux qu’aucun pilote n’ait été blessé à Bakou, car les accidents sur cette ligne droite, avec les murs à proximité, ne sont jamais agréables à voir. »

« Nous avons travaillé pleinement avec Pirelli et la FIA pour qu’ils essaient de comprendre ce qui s’est passé - parce que nous avons travaillé dans le cadre des directives, des prescriptions de Pirelli. Ensuite, vous devez vous demander pourquoi cela s’est produit. Le résultat est que les pressions ont été augmentées. »

« Est-ce que deux psi suffisent pour empêcher qu’une telle chose se reproduise ? Je ne sais pas. Nous devons évidemment nous fier à Pirelli et à son expertise technique. Espérons que nous ne verrons pas d’incidents comme ceux que nous avons vus en Azerbaïdjan. »

Christian Horner plaisante même au sujet de la directive de 18 pages : c’est un simple "problème administratif" selon lui. Rien de plus ?

« Le plus important pour moi est de savoir ce qui se passe quand la voiture de sécurité sort, ou quand il y a des conditions sèches ou humides. Il y a tellement de variables. C’est juste très difficile, et pour eux essayer de faire la police sans capteurs standardisés sur toutes les voitures en même temps, cela semble très, très compliqué. »

Quant à Franz Tost, présent aux côtés de Christian Horner, il a pointé du doigt le sujet des couvertures chauffantes, autre domaine sensible. La F1 ne devrait-elle pas les interdire ? Cela favoriserait davantage le milieu de grille du reste...

« J’ai indiqué il y a trois ans que les couvertures chauffantes devraient être interdites. Mais beaucoup d’autres équipes s’y sont opposées, car tout le monde pensait avoir un avantage grâce à une astuce spéciale. En fait, les problèmes se créent d’eux-mêmes. »

« Il y a plusieurs raisons de ne pas utiliser ces couvertures. Premièrement, la technologie et deuxièmement, la durabilité. Vous devriez voir combien de couvertures sont branchées pendant la nuit. »

« Troisièmement, le coût. J’ai signé un contrat pour 2022 autour des nouvelles couvertures de pneus de 18 pouces et il s’est élevé à 375 000 euros ! »

Red Bull

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less