Formule 1

Dans les coulisses du Covid : comment la F1 a géré l’urgence sanitaire et calendaire

Todt, Saillant, Masi s’expriment mais restent vigilants

Recherche

Par Alexandre C.

16 septembre 2020 - 18:37
Dans les coulisses du Covid : (...)

L’annulation en catastrophe du Grand Prix d’Australie, en mars dernier, laissait présager de l’ampleur de la tâche qui se présentait à la F1 : devoir organiser un calendrier de F1 en pleine pandémie, voilà qui ne tenait pas de la sinécure.

Pour autant, malgré les mille et une contraintes de l’exercice, la F1 a su sauver les meubles, voire davantage, en se réinventant ; en déplaçant les courses en majorité en Europe ; en « ressuscitant » des Grands Prix, au Portugal, à Imola, au Mugello, en Turquie ; en mettant en place un système de bulles sanitaires qui a prouvé son efficacité, malgré la déclaration de cas positifs, comme celui de Sergio Pérez chez Racing Point.

Chase Carey, le PDG de sport qui a sans doute peu dormi ces derniers mois, a décrit comment la F1 avait réussi cette adaptation dans l’urgence.

« Ce que la pandémie a créé, c’est un sentiment d’urgence. Les crises, à bien des égards, exigent un sentiment d’urgence. Les questions qui se sont posées dans ces délais nous ont donné de l’élan ; cela nous a donné l’impulsion nécessaire pour nous attaquer à des problèmes qui auraient probablement été abordés dans le cours normal des choses sur une période plus longue. Cela montre vraiment l’esprit du sport... Quand les choses sont devenues difficiles, on s’est montrés à la hauteur. »

Il a fallu mettre en place bien des choses pour arriver à ce bilan, notamment la logistique autour des tests Covid à l’entrée des paddocks : là où la pénurie de tests a pu se faire souvent sentir ailleurs, comment la F1 s’y est prise ?

Le Dr Pau Mota, chef du service médical et de secours de la FIA, a expliqué comment la F1 avait procédé pour mener ces 30 000 tests depuis le premier Grand Prix, en Autriche (pour 4 tests positifs).

« Nous avons mis en place des réunions hebdomadaires avec les responsables de la santé publique d’Autriche, de Hongrie, de Silverstone et de Barcelone à partir de la fin mai. Nous travaillons en étroite collaboration avec la société chargée des tests, les responsables de la santé publique et le personnel COVID-19 de la FIA pour garantir que tout cas suspect, incertain ou positif soit géré de manière légale et transparente. »

Eurofins, qui opère dans 80 laboratoires, et qui emploie plus de 48 000 personnes dans 50 pays différents, a été le partenaire indispensable de la F1 pour les tests PCR, rappelle le Dr Mota.

« Le fait d’avoir le même fournisseur de tests pendant toute la saison, d’avoir un accord global pour n’importe quel endroit, nous permet d’avoir un référentiel commun. »

Le Professeur Gérard Saillant, depuis longtemps impliqué avec la F1, et qui a présidé la commission médicale de la FIA, a lui aussi fait le point sur les exploits de ces derniers mois.

« C’est vraiment incroyable ! Si vous m’aviez dit que ce serait le cas il y a trois mois, je ne vous aurais pas cru. Mais tout le monde était très impliqué dans ce défi, de la FIA à la Formule 1, les équipes et le personnel, et ils ont très bien compris notre responsabilité. »

Michael Masi, le directeur de course de la FIA, qui a aussi supervisé la mise en place du protocole sanitaire de la FIA, estime que le monde de la F1 a « appris collectivement. »

« À la FIA et dans le cadre du championnat, nous avons beaucoup appris sur la pandémie, et nous sommes bien plus forts et mieux armés que nous ne l’étions en Australie. »

Qu’attendre désormais pour la deuxième moitié de saison, alors qu’elle pourrait aussi rimer avec deuxième vague ? Le Pr. Saillant se veut rassurant mais aussi réaliste...

« Nous avons un plan d’action solide, mais nous devons être flexibles et réactifs en nous basant sur le retour d’expérience. »

Cet avertissement est aussi celui de Jean Todt, à la tête de la FIA... le sport, malgré ses succès, ne doit pas se relâcher !

« La Formule 1 a donné un exemple global, de nouveau, de motivation, d’engagement à redémarrer la course. Mais nous devons respecter le code de conduite, nous devons être prudents. »

FIA

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less