Formule 1

Ça monte, ça descend… La ‘4e dimension’ qui pourrait rendre Zandvoort si excitant

Le concepteur du circuit évoque sa philosophie

Recherche

Par Alexandre C.

3 septembre 2021 - 08:21
Ça monte, ça descend… La ‘4e dimension’

Le circuit de Zandvoort n’est plus le même qu’en 1985, date de la dernière visite de la F1, bien entendu, mais même les pilotes ayant déjà roulé en formules de promotion ces dernières années sur ce circuit, trouveront aussi quelques changements.

En effet avec Dromo Circuit Design, le promoteur de la course a engagé une reconfiguration du circuit. A la manette figurait Jarno Zafelli, qui a aussi revisité les circuits de Portimao, d’Imola, du Paul Ricard, de Yas Marina, Singapour ou Silverstone.

Zafelli s’est confié sur l’esprit de cette « mise à jour » de Zandvoort. Le plus spectaculaire virage du circuit est peut-être maintenant le virage 3, en pente de 18 degrés (photo). Il a fallu aussi mettre plus de lignes droites à la demande de la FIA, pour favoriser les dépassements.

« Ils voulaient être sûrs que nous gardions l’effet montagnes russes sans détruire la piste qu’ils connaissaient déjà... »

« Ils voulaient garder l’effet de montagnes russes et si possible le renforcer, et c’est ce que nous avons essayé de faire. »

« Il y avait un indice de ce que nous devions faire dans le dernier virage parce que la FIA et la F1 tenaient à avoir une longue ligne droite pour ouvrir le DRS. Parce qu’en fait, le circuit lui-même n’a pas les longues lignes droites auxquelles nous sommes habitués, ce n’est pas comme Bakou, par exemple. La plus longue est de 600m. »

« Ensuite, nous avons dû déplacer le virage 3 parce que le paddock avait besoin de plus d’espace pour pouvoir manœuvrer les camions. »

« L’idée était que Zandvoort devait évaluer et améliorer les dépassements. Plusieurs fois, ils ont dit que la piste précédente était bien mais que les dépassements étaient un peu difficiles et que nous devions essayer d’améliorer cela. Nous avons donc pensé à des virages avec de multiples trajectoires de course comme nous l’avons fait à Silverstone et au Paul Ricard récemment, et je pense que c’est ce qui a motivé notre choix. »

« Sur le calendrier de la Formule 1, il n’y a pas d’autres virages comme le virage 3 - c’est unique. Nous nous efforçons de faire quelque chose qui n’est pas comparable à chaque fois, mais ce n’est pas toujours possible. Alors quand nous avons la chance de le faire, c’est génial. »

Le virage 14 est aussi spécial, avec un autre banking juste avant la ligne droite principale. Zafelli compte bien sur ce dénivelé pour apporter du spectacle.

« Je pense que c’est la plus grande réussite, mais j’attends toujours de voir comment les pilotes de Formule 1 vont réagir et comment les voitures vont se comporter dans ces virages. Ce n’est que maintenant, avec l’événement, que nous verrons réellement si nos idées, nos simulations, nos calculs et notre construction aboutissent à quelque chose de surprenant ou d’inattendu. »

« Dans le passé, tout le monde pense qu’il pourrait y avoir une procession ou qu’il pourrait être difficile de dépasser, mais il y a quatre dimensions, pas seulement trois. La piste est en trois dimensions, mais la quatrième est le temps, ainsi que les Néerlandais ! »

« Vous verrez un endroit très différent de tous les autres circuits que nous voyons régulièrement, car il est très compact et accueillant ; il y a une ambiance très agréable, et la piste elle-même est construite dans la nature, mais elle est entièrement entourée de tribunes. C’est impressionnant parce que c’est moi qui l’ai construit et que j’étais ici en janvier. Quand je suis arrivé, je n’ai rien reconnu parce que c’est comme un stade maintenant. »

« Ce que je veux dire, c’est que du point de vue du concepteur, je pense que nous avons démontré qu’il n’est pas nécessaire d’apporter des changements majeurs, que tout est question de détails. Il s’agit de l’âme de la piste - vous devez parler à la piste et comprendre si ce que vous faites est quelque chose qu’elle aime ou pas. »

Désormais le temps du verdict arrive pour les pilotes : Zafelli promet qu’il a tout fait pour qu’ils soient enthousiasmés.

« Notre point de vue, c’est que d’être un pilote peut parfois être très ennuyeux, donc nous essayons de penser au fait que les pilotes peuvent s’ennuyer et nous voulons qu’ils soient excités. »

« Maintenant, Zandvoort, qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il est certain que vendredi soir, les pilotes auront quelque chose à dire parce qu’ils n’ont jamais été sur un tel circuit. Sur les simulateurs, vous ne pouvez pas le sentir, donc j’espère qu’ils apprécieront ce que nous avons fait et qu’ils seront assez courageux pour tenter l’impossible. Nous voulons voir cette bravoure ici. »

Circuits

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less