Formule 1

Budkowski fait le point sur la restructuration de Renault

Une situation largement différente de l’an dernier

Recherche

Par Emmanuel Touzot

13 juillet 2019 - 09:37
Budkowski fait le point sur la (...)

Après un week-end plus que difficile en Autriche, Renault espère bien rebondir en Angleterre, à Silverstone. Marcin Budkowski, directeur exécutif de l’équipe, se veut plus confiant et reconnaît que le Red Bull Ring n’a pas été un terrain de jeu propice aux RS19, mais assure que Silverstone devrait davantage sourire aux monoplaces au Losange.

"Oui, nous avons eu un week-end vraiment difficile en Autriche" avoue Budkowski. "Je pense qu’au fil du week-end ce fut le cas, nous n’avons pas amené les voitures en Q3 et nous avons eu une course difficile, mais nous n’avions vraiment pas de rythme."

"Nous arrivons sur un circuit différent, c’est un défi différent ici. Je pense que l’Autriche était un circuit particulièrement mauvais pour les faiblesses de notre voiture en ce moment et Silverstone est une piste avec des ensembles de virages qui nous laissent espérer que nous serons meilleurs ici, même si nous ne sommes pas satisfaits de notre niveau général de compétitivité pour le moment."

Après une année passée à Enstone et sur les pistes du championnat, le Polonais parvient à percevoir les évolutions au sein de l’équipe : "Je suis là depuis plus d’un an, j’ai rejoint une équipe en reconstruction. J’ai trouvé une équipe dans laquelle il avait manqué de l’investissement sous l’ère des managers et des propriétaires précédents."

"Beaucoup de gens sont partis. C’est une équipe qui a été laissée en retrait par l’évolution de la F1 car il n’y avait pas d’investissement dans les infrastructures, dans les outils ou dans les gens, et quand Renault est arrivé, il y a eu beaucoup d’investissements et de recrutements. Nous avons augmenté la force de travail de 50%."

Une restructuration qui, fort logiquement, ne s’est pas faite de manière évidente, puisqu’elle était profonde : "Il faut du temps pour intégrer tous ces gens, pour mettre ces outils en route, pour comprendre la physique impliquée dans le design et ce qu’il faut pour faire courir une F1.

"Nous sommes en phase de reconstruction, mais il y a encore du travail, et depuis mon arrivée je suis concentré sur la structure d’organisation en mettant les bonnes personnes aux bonnes places, en faisant mieux travailler l’équipe, en la rendant plus efficace, plus créative. On progresse, mais il y a encore du travail."

Renault F1

expand_less