Motorsport

Gary Hirsch : Le LMPC avant Le Mans en 2014

Une première course dans des conditions dantesques

Recherche

Par Olivier Ferret

18 avril 2013 - 11:35
Gary Hirsch : Le LMPC avant Le Mans (...)

Gary Hirsch participe en 2013 au Championnat European Le Mans Series au sein du Team Endurance Challenge mis en place par ORECA. Il prend ainsi part aux cinq manches du Championnat à bord de la voiture N°49 en LMPC avec Paul Loup Chatin pour équipier, pilote de réserve Signatec Alpine.

« Je suis extrêmement heureux de mettre un pied en Endurance, en particulier au sein de la structure ORECA, réputée pour son savoir-faire depuis de nombreuses années », précise-t-il. « L’endurance est une discipline dans laquelle je souhaite m’investir dans la durée. Je vais prendre les courses les unes après les autres en prouvant ma vitesse et ma régularité. De plus, je suis persuadé que le duo que nous formons avec Paul Loup nous permettra de viser la plus haute marche du podium. Mon objectif est de courir aux 24 Heures du Mans en 2014, je l’espère avec un team géré par ORECA. Enfin, l’encadrement fourni par l’équipe est propice à un apprentissage optimal de cette nouvelle discipline, ce qui est une excellente nouvelle ! »

Une première course dans des conditions dantesques !

Il ne fallait pas attendre plus longtemps pour que les premiers résultats tombent lors de la manche d’ouverture à Silverstone (12-13 avril 2013). Malgré de superbes per- formances lors des essais l’équipage doit se contenter d’une seconde place dans une course tronquée par des pluies diluviennes.

Le rythme est donné lors des premiers essais libres du vendredi où Gary place l’équipage Hirsch/Chatin aux avants postes de la catégorie LMPC en réalisant le petit exploit de se hisser à la 4ème place du classement général, devançant ainsi plusieurs LMP2 (voitures de la catégorie supérieure). Le lendemain, les conditions de piste s’annoncent idéales et c’est au tour de Chatin de s’illustrer en qualifications en réalisant la pole position de la catégorie, plaçant ainsi le duo dans la position de favoris pour la course.

Cependant la météo va rapidement déchanter malgré le départ donné sur un revêtement humide. L’équipage Hirsch/Chatin conserve le bénéfice de sa pole position à bord de la voiture n°49 en précédant la n°47 de Soheil Ayari et Anthony Pons. Le safety-car entre une première fois en piste. Le restart est donné trois tours plus tard et les voitures entrent immédiatement dans les stands pour chausser les pneus « pluie ».

Régulière, la voiture n°49 emmenée par Chatin maintient une cadence proche des LMP2 durant la première heure se retrouvant aux portes du top 5 du classement général avec 40 secondes d’avance sur la n°47 d’Ayari ! C’est alors que la pluie s’intensifie au point de rendre la situation dangereuse. Quelques tours avant le changement de pilotes Chatin part en aquaplaning forçant ainsi l’équipage à repasser par les stands pour réparer la voiture. L’opération dure une vingtaine de minutes venant anéantir la stratégie mise en place afin de remporter la course et viser le Top 5 du général.

En début de deuxième heure Gary prend le relai alors que la voiture de sécurité est de re- tour en piste, les glissades et accidents se multiplient dans toutes les catégories. Il en sera ainsi jusqu’à 40 minutes du drapeau à damiers où la direction de course décide d’arrêter l’épreuve compte tenu des conditions météos apocalyptiques. Malheureusement Gary n’aura pas eu l’occasion de s’exprimer afin de concrétiser les performances du week-end, contraint d’effectuer son relai derrière la voiture de sécurité. L’équipage monte toutefois sur la seconde marche du podium malgré une course tronquée par des circonstances exceptionnelles.

« C’est une déception après avoir si bien débuté le week-end ! Les conditions étaient particulièrement laborieuses même si j’apprécie toujours rouler sous la pluie. La décision d’arrêt de course était donc la plus sage », précise-t-il. « L’aspect positif est que nous prenons tout de même les points de la seconde place bien que l’enjeu sportif soit amoindri compte tenu du nombre de voitures en piste. De plus, nous avons réalisé un excellent travail avec notre ingénieur et le feeling passe très bien avec le reste de l’équipe ! Enfin c’est la performance globale qui est satisfaisante, les essais du vendredi l’ont démontré de même que notre rythme de course. Nous avons une carte à jouer au classement général bien que notre voiture ne soit pas comparable aux rapides LMP2. Notre équipage est rapide et homogène, la balle est à présent dans notre camp ! »

Rendez-vous les 17 et 18 mai pour la seconde manche du ELMS qui se tiendra à Imola.

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less