Motorsport

Benoît Tréluyer prêt pour Silverstone

La 1ère macnhe du WEC

Recherche

Par Olivier Ferret

10 avril 2013 - 11:34
Benoît Tréluyer prêt pour Silverstone

Vainqueur des dernières 12 Heures de Sebring, Benoît Tréluyer et ses équipiers, Champions du Monde en titre, abordent la manche d’ouverture du WEC ce week-end à Silverstone avec un énorme capital confiance…

Benoît Tréluyer a la pêche ! Physiquement et mentalement, il n’a jamais été aussi affûté qu’aujourd’hui. Galvanisé par une première victoire cette saison à Sebring, sur le sol américain, le voici de retour en Europe pour conquérir le Monde ! Premier round d’un combat en huit reprises avec les 24 Heures du Mans en point d’orgue, le championnat 2013 s’annonce des plus disputés et des plus fondateurs pour celui de 2014 qui verra l’entrée en vigueur d’une toute nouvelle réglementation.

« Je suis en pleine forme, et sans les formes, s’amuse Benoît qui n’a jamais pris aussi peu de poids qu’au cours de cet hiver 2013. Je travaille désormais avec un coach sportif qui m’a bien préparé musculairement. J’ai aussi eu la chance de tisser des liens étroits avec des partenaires comme GT Bicycles, SRAM, KTM qui m’ont permis de bien m’entraîner. J’ai effectué un gros travail de fond et, mentalement, je suis au top ! La victoire de Sebring, le temps passé en famille à profiter de mon épouse et de mon fils, le petit détour au Circuit Paul Ricard pour faire partager ma passion à des enfants, le beau cadeau de la firme Akrapovic, spécialisée dans les échappements, qui m’a fait livrer un pot signé « Champion 2012 WEC »… Tous ces beaux moments font que je suis dans une bonne synergie. J’arrive à Silverstone bien armé ! »

Bien armé mais également bien conscient du difficile challenge à relever !

« Avec André (Lotterer) et Marcel (Fässler), nous allons tout faire pour conserver le n°1. Nous avons gagné le championnat une fois et nous savons donc que nous en sommes capables. C’est un gros plus en termes de confiance. L’an passé, les circonstances étaient un peu particulières puisque nous nous battions très souvent contre la voiture sœur. Cette année, l’adversaire, c’est Toyota ! »

Un adversaire qui, à l’instar de Audi, a travaillé dans son coin, à l’abri des regards. Pour les deux écuries phares du Championnat du Monde d’Endurance 2013, les 6 Heures de Silverstone vont donc être une première occasion de jauger le travail de l’autre et le sien propre. Un verdict attendu, mais pas redouté !

« A Sebring, nous n’avons pas été vraiment capables de mesurer le potentiel de l’auto, mais nous avons nos données, nos références. Nous savons que la voiture 2013 est plus performante que la 2012, mais c’est à nous d’apprendre à bien l’exploiter. Sebring a montré que nous avions travaillé dans la bonne direction et Silverstone devrait confirmer cette tendance. Maintenant, il faut rester prudent car ce premier rendez-vous va être un round d’observation pour tout le monde avec des équipes pas encore à 100% et une météo toujours aléatoire. Au cours de l’hiver, tout le monde a œuvré dans son coin, et tout le monde pense être bien. Nous allons avoir un premier aperçu du potentiel de chacun lors des qualifs, mais le plus révélateur sera en course avec les ravitaillements, la consommation, l’exploitation des pneus. »

Dans le Comté de Northampton, Benoît et Marcel Fässler retrouveront leur vieux complice André Lotterer qui avait dû céder sa place au Britannique Oliver Jarvis à Sebring.

Le Français se réjouit de la réunification du trio. « La cohésion, c’est la force de l’équipe Audi ! Notre entente est parfaite, ainsi que celle avec nos équipiers de l’autre voiture. Nous travaillons bien ensemble et cela permet à l’écurie de progresser plus vite. Auparavant, les courses qui précédaient celle des 24 Heures étaient un peu considérées comme des séances d’essais grandeur nature ; ce qui est nettement moins le cas aujourd’hui et qui rend la tâche plus complexe encore. Nous devons travailler la fiabilité mais aussi la performance pure car nous ne pouvons pas nous permettre d’abandonner la victoire à nos adversaires. Maintenant, il faut adapter parfaitement la voiture aux caractéristiques du tracé ; ce qui était moins le cas avant. Maintenant, il faut aussi penser au championnat, et pas seulement aux 24 heures… »

Endurance

Info Motorsport

Photos

Vidéos

expand_less