Formule 1

Wolff trouve la pénalité de Hamilton ‘trop dure’ et s’exprime sur la stratégie

Bottas n’a pas ralenti exprès en fin de course selon lui

Recherche

Par A. Combralier

5 juillet 2020 - 19:49
Wolff trouve la pénalité de Hamilton (...)

Ce week-end au Red Bull Ring aura créé quelques polémiques entre Red Bull et Mercedes, et entre Christian Horner et Toto Wolff… Après l’affaire du DAS, après l’affaire de la pénalité infligée à Lewis Hamilton avant le départ, voici désormais l’affaire de la pénalité contre Lewis Hamilton en course, suite à son accrochage avec Alexander Albon.

La sanction de cinq secondes infligée au Britannique a été jugée justifiée par Christian Horner, qui a même estimé que le pilote Mercedes devait s’excuser pour cela.

Si Lewis Hamilton a reconnu être en faute, Toto Wolff a lui défendu son pilote… et blâmé la sévérité de la FIA.

« Les stewards sont toujours dans une position difficile pour prendre les bonnes décisions. Je dirais que de mon point de vue, les cinq secondes étaient trop dures. Nous avons regardé la vidéo plusieurs fois. Lewis était totalement engagé dans le virage, Albon en était à 40 %. C’était différent du premier tour où Lewis avait dû lever le pied face à Albon, qui avait poussé Lewis. Donc, à mon avis, ce n’était pas justifié. »

« Mais je reconnais la complexité de la tâche, de prendre les bonnes décisions. Certaines sont pour vous, d’autres sont contre vous. »

« Je pense qu’en course, en mettant tous ces éléments ensemble dans la course, la pénalité était trop sévère. »

Toto Wolff rend cependant justice à Christian Horner et Red Bull, sur la contestation du jugement lié au non-respect de drapeaux jaunes par Lewis Hamilton, en qualifications…

« J’ai estimé que la contestation était en fait du fair-play. Si vous avez de nouvelles preuves et si c’est ce que le règlement permet, pour changer une décision prise la veille, et le faire le matin, il faut l’encaisser. »

Valtteri Bottas a-t-il ralenti tout exprès en fin de course, afin que Lando Norris dépasse Lewis Hamilton au chronomètre final ? Les images semblaient le montrer, Toto Wolff le réfute.

« Valtteri n’avait aucune idée de ce qui se passait derrière lui, Bien sûr, on pourrait dire que s’ils avaient poussé jusqu’au bout, nous aurions peut-être conservé le podium, mais en tant que pilote, vous ne savez pas ce qui se passe derrière, vous voyez juste votre coéquipier en seconde position. »

« Peut-être qu’avec toutes les informations qu’on aurait pu avoir après, on aurait eu la troisième place. Il y a eu une discussion, mais cela commence à devenir vraiment bordélique… Nous l’avons eue à Budapest, il y a de nombreuses années, et nous avons failli être dépassés par Verstappen. »

« Cette fois-ci, je me suis dit [sans le faire] qu’il fallait expliquer à Valtteri ce qui se passait, qu’il y avait une pénalité de cinq secondes, puis demander à Lewis, dans le dernier tour, de laisser Valtteri passer à nouveau. »

« Et si Valtteri ne peut pas suivre Lewis, il ne peut pas le laisser passer, et si Leclerc ou Norris en pneus neufs sont dans sa boîte de vitesses, alors évidemment Valtteri, plutôt que de gagner la course, finit quatrième. Trop de complexité pour faire un tel changement. »

Une dernière polémique a pris naissance en raison d’une certaine conversation radio, qui avait décrit Valtteri Bottas comme le « châssis deux un » [châssis two-one]. Un souvenir du fameux multi 21 du Grand Prix de Malaisie 2013, avec lequel Red Bull était censé bloquer et geler les positions en course ? Pas du tout selon Toto Wolff : Mercedes n’a donné aucune consigne.

« Cela n’a rien à voir avec le "multi 21". Nous n’avons jamais joué à cela, sauf en cas de problème sur la voiture et nous n’interviendrions jamais dans une bagarre lors des premières courses d’une saison. »

« Ils étaient complètement libres de faire la course entre eux. Ce que nous avons fait, c’est que nous avons toujours donné les mêmes recommandations aux deux voitures pour qu’elles ne roulent pas sur les bordures et nous avons changé le mode moteur, parce qu’il n’y avait pas de concurrent à un certain stade, nous avons mis les moteurs en mode bas pour protéger le groupe motopropulseur. Mais ce n’était pas une consigne d’équipe. Rien de caché, rien de subtil, aucun ordre direct. »

AlphaTauri (Toro Rosso)

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less