Formule 1

Wolff n’imagine pas une seconde le DAS être responsable des crevaisons

Il réfute en même temps les critiques de Pirelli

Recherche

Par Alexandre C.

4 août 2020 - 12:48
Wolff n’imagine pas une seconde le (...)

A quoi est due la double crevaison ayant affecté, en fin d’épreuve à Silverstone, les deux Mercedes de Lewis Hamilton comme de Valtteri Bottas ?

Plusieurs hypothèses ont surgi… dont une a été immédiatement repoussée par Toto Wolff : celle menant au nouveau système DAS.

« Je ne pense pas que le DAS ait eu une influence car nous avons vu la crevaison de la voiture de Sainz au même endroit » a ainsi déclaré le directeur d’écurie.

Toto Wolff a avancé une piste plus vraisemblable : l’usure et le cloquage récurrents dans ces virages à haute vitesse de Silverstone...

« L’avant gauche prend les charges les plus lourdes sur cette piste. Et nous avons vu du cloquage sur de nombreuses voitures à partir du milieu de la course sur les durs. Donc aucun rapport avec le DAS. »

« Pirelli est toujours très diligent et très transparent lorsqu’il s’agit de signaler les problèmes possibles, et il était clair dès le début, avec cette génération de voitures et l’appui à Silverstone, qu’il pourrait y avoir des cloques sur le pneu ; nous avons vu cela en formules junior. Mais c’est un travail très difficile de produire des pneus pour des voitures qui génèrent autant d’appuis. »

Pirelli a accusé en retour Mercedes, comme d’autres équipes, d’avoir passé trop de temps sur ces durs, effectuant un relais de plus de 40 tours, bien loin des préconisations du manufacturier.

Mais Toto Wolff ne semble pas voir où est le problème...

« Faire ces tours avec le dur n’était pas quelque chose de tout à fait inhabituel. Nous n’avons donc pris aucun risque. »

« Mais je ne voudrais pas tirer de conclusions maintenant sur la raison des défaillances, parce que comme je l’ai déjà dit, il y avait tellement de débris sur la piste, en regardant Raikkonen sur la piste à la fin. Comme pour tout pneu, si le pneu est usé, les débris traversent plus facilement la carcasse. »

« Je pense donc qu’il faut attendre l’analyse de Pirelli, et je suis sûr qu’ils vont prendre les bonnes décisions. »

Toujours très pessimiste avant chaque course, Toto Wolff, après chaque doublé Mercedes, est quelque peu critiqué par sa prudence légendaire. Mais une fois n’est pas coutume, les faits lui ont donné raison ce dernier week-end à Silverstone : rien n’est jamais acquis, même avec une voiture phénoménale...

« Je sais que je reçois beaucoup de critiques lorsque je fais remarquer que des événements comme celui-ci peuvent se produire, qu’une fois que vous pensez que tout est en ordre et que vous vous dirigez simplement vers la fin de la course, ce genre de choses peut arriver. »

« Nous aurions facilement pu perdre deux voitures, et la soi-disant domination de Mercedes aurait disparu en une seconde. Nous aurions pu avoir la voiture la plus rapide à Silverstone, mais rentrer chez nous avec zéro point. »

« C’est ce que je souligne toujours, que le championnat n’est pas terminé tant qu’il est mathématiquement impossible pour quelqu’un d’autre de nous rattraper et la course n’est pas terminée tant que le drapeau n’est pas abaissé. »

« À cet égard, je ne suis pas heureux que mes prédictions se réalisent parfois pour nous, mais c’est aussi ce que j’aime dans la course automobile : elle est très imprévisible jusqu’à la fin. »

Mercedes

Info Formule 1

Photos

Vidéos

expand_less