Formule 1

Williams voudrait un moteur Renault pour 2020

McLaren pourrait-elle revenir avec Mercedes ?

Recherche

Par Emmanuel Touzot

7 juillet 2019 - 08:32
Williams voudrait un moteur Renault (...)

En même temps que le marché des transferts, ce sont des tractations techniques qui ont lieu en coulisses, puisque Williams chercherait à utiliser un moteur Renault dès 2020, alors que les relations avec Mercedes se seraient refroidies.

En effet, Williams a tenu à insister pour utiliser sa boîte de vitesses et sa transmission, toutes deux fabriquées par l’équipe et non pas par Mercedes. Cela pourrait jouer dans le manque de performance de l’équipe, mais cette dernière souhaiterait continuer à produire ces pièces.

En amorce d’une phase de transition lancée avec le départ de Paddy Lowe, Williams souhaiterait se séparer de Mercedes, qui est son motoriste depuis 2014, pour rejoindre les rangs de Renault, qui était son fournisseur jusqu’en 2013 (photo). La rumeur née en Autriche aurait de la substance selon Auto Bild.

Les deux équipes motorisées par le Losange, McLaren et Renault, pointent quatrième et cinquième au championnat constructeurs et cela intéresserait Williams. Mais si cela venait à arriver, c’est McLaren qui pourrait faire le chemin inverse et retrouver le motoriste qui fut son partenaire pendant 20 saisons.

Si cela n’a pas trop de sens sur le papier, ce type d’accord pourrait certainement impliquer des synergies extérieures à la F1, McLaren et Mercedes ayant déjà travaillé ensemble sur des voitures de route, avec la superbe Mercedes SLR McLaren.

Ceci aurait aussi d’autres implications sur le marché des pilotes, puisque George Russell, pilote Williams disposant d’un contrat de deux ans, est affilié Mercedes. S’il venait à partir et aller chez Racing Point, cela pourrait déclencher un grand chamboulement dans le peloton, puisqu’il se dit que Sergio Pérez ferait partie des candidats lorgnant sur le baquet Haas de Romain Grosjean.

Si cette rumeur n’est pour l’instant qu’un lointain bruit de paddock, elle montre l’agitation en coulisses et l’effet cascade que pourrait avoir le moindre changement dans le paddock.

Williams F1

expand_less